Le CNRS
 
 

Actualités

Les éléphants de mer mémorisent et reconnaissent les rythmes sonores

Si les êtres humains retiennent facilement des sons rythmiques, cette capacité semble rare chez les autres mammifères. Cependant, les éléphants de mer mémorisent le rythme et le timbre de la voix de leurs rivaux d’après une étude menée par une équipe de recherche internationale impliquant Isabelle Charrier (CNRS) et Nicolas Mathevon (Université Jean Monnet Saint-Etienne & Institut Universitaire de France), chercheur·ses à l’Institut des neurosciences Paris-Saclay (CNRS/Université Paris-Sud). Ce premier exemple de l’utilisation du rythme sonore par un mammifère pour reconnaître la voix d’un congénère a été publié fin juillet 2017 dans la revue internationale Current Biology.
- En savoir plus

CNRS, le 21 août 2017




De mère en filles, les cellules neuronales se souviennent de leurs anciennes formes

Suivre les plis d’une cocotte en papier pour en construire une nouvelle à l’identique ne s’applique pas uniquement à l’origami mais également à certains de nos neurones... C’est ce que démontrent des chercheurs de l’Institut neuromyogène dans un article publié le 16 août 2017 dans la revue Neuron.
- En savoir plus




2016, une année avec le CNRS en Rhône Auvergne


Découvertes incontournables, projets ambitieux et moments forts... Un condensé des aventures scientifiques et humaines de l’année écoulée est à découvrir dans 2016, une année avec le CNRS en Rhône Auvergne.
- En savoir plus




Nos ancêtres ont eu le sang chaud juste avant l’extinction du Permien-Trias

Depuis quand a-t-on le sang chaud ? L’âge d’apparition de ce caractère chez les ancêtres des mammifères était jusque-là débattu. Des analyses isotopiques ont été menées sur 90 fossiles au sein d’une collaboration internationale impliquant notamment le LGL-TPE. Les chercheurs ont montré que les espèces à sang chaud sont apparues dans notre lignée au cours du Permien supérieur, il y a 252 à 259 millions d’années. Ce caractère nouveau aurait d’ailleurs favorisé leur survie lors de l’extinction du Permien-Trias, il y a 252 millions d’années. Ces travaux sont publiés le 18 juillet dans la revue eLife.
- En savoir plus




Platonium s’envole pour Quito !

Platonium, l’œuvre arts et sciences du CNRS, présentée pour la première fois à l’occasion de la Fête des Lumières 2016 à Lyon, sera à Quito, en Équateur, du 9 au 13 août, pour la Fiesta de la Luz. Cette œuvre immersive a été conçue et produite par le CNRS dans le cadre de l’Année internationale de la lumière, à partir de recherches scientifiques lyonnaises de pointe et réinterprétées par des yeux d’artistes.




Des dinosaures parents-poules

Une méthode inédite d’analyse géochimique d’œufs fossilisés provenant de Chine a montré que les oviraptorosaures couvaient leurs œufs avec leurs corps, à l’instar des oiseaux d’aujourd’hui, et en les maintenant à une température comprise entre 35°C et 40°C. Ce résultat est le fruit d’une collaboration franco-chinoise coordonnée par Romain Amiot du LGL (OSUL). L’article est publié dans la revue Palaeontology disponible en ligne le 28 juin 2017.
- En savoir plus




Une galaxie à disque massive qui ne forme plus d’étoiles défie notre vision de l’évolution des galaxies


Une galaxie à disque jeune, compacte et "morte" surprend les astronomes, et nous en apprend d’avantage sur la formation des galaxies elliptiques. Dans la région, cette découverte implique le CRAL (OSUL).
- En savoir plus




Troisième détection d’ondes gravitationnelles : la confirmation de l’existence d’une nouvelle population de trous noirs

Pour les collaborations scientifiques LIGO et Virgo, l’aventure continue avec l’annonce d’une troisième détection d’ondes gravitationnelles. L’événement a été enregistré au cours de la campagne actuelle de prise de données des deux détecteurs LIGO qui a démarré le 30 novembre dernier et se poursuivra pendant l’été. Comme pour les deux premiers événements fin 2015, les signaux enregistrés ont été générés lorsque deux trous noirs ont fusionné en un plus gros. Le nouveau trou noir, situé à près de 3 milliards d’années-lumière de la Terre (soit deux fois plus loin que pour les deux systèmes déjà découverts) est environ 49 fois plus lourd que le Soleil, une masse intermédiaire par rapport aux résultats des deux fusions observées en 2015 (21 et 62 masses solaires). Cette découverte, décrite dans un nouvel article publié le 1er juin 2017 par la revue scientifique Physical Review Letters, implique le LMA.
- En savoir plus




Le calcium des dents révèle ses secrets

Deux études basées sur l’analyse des isotopes du calcium des dents viennent d’apporter de nouvelles données aussi bien sur l’extinction des reptiles marins que sur l’estimation de l’âge au sevrage chez l’Homme. Ces recherches, menées par des chercheurs du CNRS, de l’ENS de Lyon et de l’Université Claude Bernard Lyon 1, et notamment des membres du LGL et de l’IGFL, ont été publiées respectivement les 25 et 30 mai 2017 dans Current Biology et PNAS. Elles offrent de nouvelles perspectives pour la recherche en anthropologie et en paléontologie.
- En savoir plus




Du contexte au cortex : à la découverte des neurones sociaux

L’existence de nouveaux neurones sociaux vient d’être mise en évidence par des chercheurs de l’INS (Marseille), du LAPSCO à Clermont-Ferrand et de l’INT (Marseille). Ces recherches menées chez le singe ont montré que lorsque l’animal est amené à réaliser une tâche, des neurones différents s’activent selon la présence ou non d’un congénère. Ces résultats, publiés dans la revue Social Cognitive and Affective Neuroscience, améliorent notre compréhension du cerveau social et permettent de mieux comprendre le phénomène de facilitation sociale.
- En savoir plus




Une drosophile invasive résiste aux attaques de ses ennemis naturels grâce à une étonnante stratégie de médication

Originaire d’Asie du Sud-Est, Drosophila suzukii est devenue en l’espace de quelques années un ravageur majeur des cultures fruitières dans plusieurs pays du globe. En Europe et aux Etats-Unis, les méthodes de lutte biologique basées sur l’utilisation de guêpes parasitoïdes contre cette petite mouche se sont révélées jusqu’ici inefficaces. Des chercheurs du LBBE et de l’Unité EDYSAN (Amiens), viennent de découvrir l’un des moyens de résistance de D. suzukii contre les attaques des parasitoïdes. Dans une étude publiée dans Scientific Reports, ces chercheurs ont montré que des femelles D. suzukii déposaient leurs œufs sur une plante diffusant un insecticide naturel afin d’offrir une meilleure protection de leur progéniture face aux parasitoïdes. Cette stratégie de médication transgénérationnelle pourrait expliquer en partie le succès de l’invasion de l’espèce en Europe.
- En savoir plus




Ma thèse en 180 secondes : les finalistes Auvergne-Rhône-Alpes

Université Clermont Auvergne et associés


© Université Clermont Auvergne et Associés

A l’issue de la finale auvergnate, le 12 avril, deux doctorantes ont conquis le jury et le public :
- Premier prix du jury : Coralie Avenel, doctorante à l’Université Clermont Auvergne et Associés, et membre de l’ICCF. "Durabilité des miroirs pour le CSP (Concentrating Solar Power) : étude des modes de vieillissement."
- Deuxième prix du jury et prix du public : Ludivine Paris, doctorante à l’INRA. "La santé 3.0 : impact des nouvelles technologies sur les comportements en activité physique chez les malades chroniques."
- En savoir plus

Université de Lyon


© CNRS DR7/Vanessa Cusimano

La finale s’est déroulée le 20 avril au Grand amphithéâtre de l’Université de Lyon. Trois jeunes chercheur.e.s figurent au palmarès :
- Premier prix du jury et prix du public : Thibaut Souilliart, doctorant à l’École Centrale de Lyon, membre du LTDS." Usure des tubes GV générée par des impacts répétés contre les supports à jeu."
- Deuxième prix du jury : Lucie Gavin-Plagne, doctorante à l’Université Claude Bernard Lyon 1. "Modélisation du comportement des solutions cryoprotectrices pour les cellules isolées maintenues en suspension."
- Troisième prix du jury : Oriane Baulin, en thèse INSA de Lyon au laboratoire MATEIS. "Élaboration de verres métalliques pour applications biomédicales".
- En savoir plus




Pour se reproduire, il faut bien manger !

Tous les vertébrés utilisent des molécules semblables, les stéroïdes, comme hormones sexuelles femelles (œstrogènes, progestérone) ou mâles (androgènes). Mais d’où viennent ces hormones ? Comment se sont-elles mises en place au cours de l’évolution ? En étudiant l’évolution du couple hormone et récepteurs des stéroïdes, l’équipe de Vincent Laudet à l’IGFL, associée à l’équipe de Guillaume Lecointre à l’ISYEB et à d’autres équipes françaises, révèle un couplage profond entre nutrition et reproduction. En effet en ressuscitant le couple hormone/récepteur de l’ancêtre des premiers vertébrés, les chercheurs démontrent que les hormones stéroïdes sont en fait des produits de dégradation du cholestérol. Cela renforce de nombreuses observations montrant que la reproduction ne peut se produire que si une nutrition suffisante est assurée.
- En savoir plus




Talents CNRS 2017 : Médailles d’argent et de bronze : La Délégation félicite ses lauréat.e.s

La Délégation Rhône Auvergne présente toutes ses félicitations aux lauréat.e.s de la circonscription. Ils/eIles recevront leur récompense au cours d’une cérémonie officielle au second semestre 2017. Marie-Claire Villeval, directrice de recherche CNRS au GATE, voit ses travaux récompensés par la Médaille d’argent. Axelle Dolino-Brodiez, chargée de recherche CNRS au LARHRA et Anne-Laure Biance, chargée de recherche CNRS à l’ILM, reçoivent la Médaille de bronze. Laurent Azema, ingénieur de recherche CNRS à l’ICJ, Henri Chamoux, ingénieur d’études à l’ENS de Lyon, membre du LARHRA, Nathalie Fargier, directrice de Persée et Raphaël Fillol, assistant ingénieur à l’IPNL, sont distingués de la Médaille de Cristal.




L’Université Clermont Auvergne obtient le label I-Site


L’Université Clermont Auvergne vient d’obtenir le label I-Site : une étape importante, qui ouvre les portes à une reconnaissance internationale, mais aussi à des financements conséquents lors des dix prochaines années. Le projet CAP 2025 (Clermont Auvergne Project 2025), qui repose sur le concept d’innovation multimodale, est le fruit d’un travail collectif des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche sur le territoire auvergnat.
- En savoir plus




Succès du projet IDEXLYON : le label Initiative d’Excellence est décerné à l’Université de Lyon

L’attribution de l’IDEX à l’Université de Lyon, vient d’être annoncée. C’est une excellente nouvelle. Membre de l’Université de Lyon depuis sa création, le CNRS a participé activement à la dynamique de ce projet original qui catalysera les avancées scientifiques et intégrera une offre de formation très riche sur le site. Le CNRS appuiera fortement et sans aucune réserve la réalisation de ce projet original afin d’aboutir à la création d’une Université nouvelle, unique et intégrée.
- En savoir plus
- Consulter le message aux personnels sur l’extranet

Haut de page

La circonscription Rhône Auvergne compte deux bassins scientifiques :


dont le CNRS est membre

et

CNRS le journal

JPEG - 4.9 ko

Rayonnement du CNRS

JPEG - 3.9 ko

Vous avez consacré tout ou partie de votre carrière au CNRS et vous souhaitez garder ce lien : adhérez à l’association des amis du CNRS.

Travailler au CNRS

Métiers, recrutement, concours, mobilité... Retrouvez toutes les informations sur le site

A ne pas manquer...

Un extrait de 3 à 5mn de films du catalogue de CNRS images.

Pôle de compétitivité


Chimie-Environnement Lyon et Rhône-Alpes

CNRS Rhône Auvergne
2 av. Albert Einstein
BP 61335
69609 Villeurbanne cedex
Tél : 04 72 44 56 00
Fax : 04 72 44 56 73

En savoir plus

Rechercher sur tous les sites du CNRS

Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site Intranet CNRS