Le CNRS
  Accueil > Laboratoires > En direct des labos > Archives > ...

Archives

  • Brèves 2012



Brèves 2012


27/12/2012 - Localisation de la source du sommeil paradoxal

JPEGLes neurones qui expriment l’hormone de mélanoconcentration dans l’hypothalamus contrôlent la genèse et le maintien du sommeil paradoxal en inhibant les neurones GABAergiques inhibiteurs du sommeil paradoxal localisés dans le tronc cérébral. Ces résultats obtenus par des chercheurs du CRNL à Lyon et du HP2 à Grenoble ont été publiés dans The Journal of Neuroscience.
- En savoir plus




19/12/2012 - Des nanocubes pour absorber la lumière

JPEG - 1.9 ko

Les chercheurs de l’Institut Pascal en collaboration avec l’équipe de David Smith, de Duke University, ont montré que des nanocubes de 75 nm de côté, séparés d’une surface métallique par un film diélectrique de quelques nanomètres seulement, se comportaient comme des antennes extrêmement efficaces pour absorber la lumière. Malgré leur taille bien plus petite que la longueur d’onde, ces cubes résonnent fortement et sont capables d’absorber la lumière qui arrive sur une surface 30 fois plus grande que la surface qu’ils occupent effectivement.
- En savoir plus




17/12/2012 - Combien y a-t-il d’espèces d’arthropodes dans une forêt tropicale ?

JPEG - 5.3 ko

Dans une étude publiée dans le numéro de Science du 14 décembre, une équipe internationale à laquelle ont participé plusieurs chercheurs français (notamment issus du LMGE) décrit, avec une précision inédite, la diversité des arthropodes vivant dans une forêt tropicale. Cet article est le fruit de près d’une décennie de travaux qui ont mobilisé une centaine de scientifiques de par le monde.
- En savoir plus




10/12/2012 - Déferlante fleurie sur l’Europe il y 130 millions d’années

JPEG - 6.9 ko

Les plantes à fleurs sont aujourd’hui dominantes dans tous les environnements, mais cela n’a pas toujours été le cas. De nouveaux résultats montrent que durant le Crétacé, les plantes à fleurs ont conquis l’Europe en trois phases s’étalant sur plus de 40 millions d’années. Cette analyse explique la radiation initiale des plantes à fleurs comme une diversification graduelle dans le temps et dans l’espace. Elle vient d’être mise en évidence par une collaboration internationale coordonnée par un chercheur du LGL. Leurs travaux sont publiés sur le site des PNAS (2 décembre 2012).
- En savoir plus




07/12/2012 - De l’eau à des pressions négatives de -1000 fois la pression atmosphérique

JPEG - 14.1 ko

En analysant la formation des bulles de vapeur dans de l’eau sous très forte tension, des physiciens, notamment issus du LPMCN, ont conforté une explication jusqu’à présent mise en doute : Il s’agirait bien de « nucléation homogène ». Dans ce mécanisme, l’apparition des bulles s’effectue au sein du liquide par sa désintégration à l’échelle d’une centaine de molécules d’eau et non à cause de l’effet des parois ou de la présence d’impuretés. Ce travail a fait l’objet d’une publication dans la revue Nature Physics.
- En savoir plus




22/11/2012 - Entente sur un laboratoire commun international entre partenaires académiques et STMicroelectronics

Le laboratoire « Nanotechnologies et nanosystèmes » (LN2, Sherbrooke, Canada), unité mixte internationale sous la tutelle de l’Université de Sherbrooke, du CNRS, de l’INSA de Lyon, de l’Ecole Centrale de Lyon, de l’Université Joseph Fourrier et de CPE Lyon renforce ses liens avec STMicroelectronics. Les partenaires ont annoncé conjointement le 19 novembre, lors d’un colloque des Entretiens Jacques Cartier à l’INSA de Lyon, une entente pour un laboratoire commun en électronique basses consommations.

JPEG - 19 ko

Le programme scientifique du laboratoire commun a été défini pour une première phase de 5 années sur des problématiques de gestion de chaleur dans les assemblages électroniques 3D et de matériaux pour la récupération d’énergie dans les circuits. Le programme prévoit également des développements de nouvelles fonctions nanoélectroniques à très faibles consommations d’énergie et intégrables sur les circuits CMOS, technologie principale des puces électroniques basses consommations développée sur le site de Crolles de STMicroelectronics. Le budget prévisionnel du programme de recherche est de 5.6 M€ sur 5 ans (frais technologiques + coûts de personnels). 8 professeurs et chercheurs du monde académique seront dédiés au projet (Université de Sherbrooke, CNRS, INSA de Lyon et Ecole Centrale de Lyon). S’ajouteront 5 ingénieurs de recherche de l’Université de Sherbrooke ainsi que 2 post-doctorants et 8 doctorants. STMicroelectronics mobilisera 9 ingénieurs et 6 doctorants CIFRE (Conventions industrielles de formation par la recherche).

STMicroelectronics possède une culture de collaboration scientifique très développée avec les universités, notamment le site de production et de recherche de Crolles (Isère). Le laboratoire commun augmente l’impact de cette recherche partenariale. Ces collaborations donnent également accès aux étudiants aux technologies les plus avancées au monde dans le domaine des nanotechnologies et forment ainsi une main-d’œuvre des plus qualifiée.

L’annonce du laboratoire commun a été faite le 19 novembre durant le colloque « Nanotechnologies : une autre vision sur les énergies ! », organisé à l’INSA de Lyon dans le cadre des Entretiens Jacques Cartier. Elle a notamment eu lieu en présence du directeur de l’INSA de Lyon, Eric Maurincomme, de la directrice de l’Institut des sciences de l’ingénierie et des systèmes du CNRS, Claudine Schmidt-Lainé, de la directrice générale du développement des technologies sur silicium et vice-présidente du groupe STMicroelectronics, Jocelyne Garnier, et du doyen de la Faculté de Génie de l’Université de Sherbrooke, Gérard Lachiver.

Contact chercheur : Abdelkader Souifi, directeur du LN2, Sherbrooke (Canada),
Contact presse CNRS : Sébastien Buthion, communication CNRS Rhône Auvergne
Illustration : Les porteurs de projet et partenaires présents lors de l’annonce . © CNRS–S.Buthion




22/11/2012 - Utiliser de l’eau pour oxyder et produire du courant ?

JPEG - 2.7 ko

Les réactions d’oxydation sont à la base de nombreux procédés pour l’industrie chimique. Ils utilisent le plus souvent des sources d’oxygène (oxydants) et des catalyseurs polluants. Deux équipes (issues de l’ICBMS et de l’ICCMO à Orsay) viennent de synthétiser un complexe métallique bio-inspiré capable d’oxyder un substrat organique en utilisant l’eau comme source d’oxygène. Ces travaux sont publiés dans la revue Chem. Sus. Chem.
- En savoir plus




22/11/2012 - Du condensat de Bose au verre de Bose

GIF - 3.4 ko

Des physiciens, notamment issus du Laboratoire de physique de l’ENS Lyon ont associé dans un même système deux effets quantiques : la condensation de Bose-Einstein, où toutes les particules partagent une même onde quantique et la localisation d’Anderson, où un désordre conduit à la localisation des ondes quantiques. Le résultat est un nouvel état, le verre de Bose, superposition d’ondes quantiques collectives localisées dans des régions arbitrairement grandes.
- En savoir plus




05/11/2012 - Les dessous d’une infection virale latente

L’étude du virus herpès simplex de type 1, HSV-1, a permis d’expliquer comment des composants particuliers du noyau des cellules hôtes interagissent avec le pathogène pour maintenir son génome « silencieux » dans des compartiments nucléaires spécifiques durant la phase de latence virale. La formation de cette interaction fait probablement partie de la réponse antivirale du noyau à l’infection et pourrait constituer l’une des barrières à lever lors de la réactivation virale menant au déclenchement de la maladie. Ces travaux publiés dans PLoS Pathogens ont été réalisés par des chercheurs du CGPMC et du laboratoire VMS.
- En savoir plus




29/10/2012 - Un canal ionique qui protège la peau de la pression

En l’absence d’ajustements appropriés de la microcirculation cutanée, la peau est en danger face à une pression, même légère, avec un risque d’escarres important. Le canal ionique ASIC3 vient d’être identifié comme un acteur essentiel du mécanisme de protection de la peau contre la survenue d’escarres. Ces résultats, publiés dans la revue Nature Medicine, ont été obtenus par des chercheurs du laboratoire Dysfonctionnements de l’homéostasie tissulaire et ingénierie thérapeutique DyHTIT (CNRS / Lyon1) et de l’Institut de pharmacologie moléculaire et cellulaire (IPMC, CNRS/Université Nice-Sophia Antipolis). Ils permettent d’envisager de nouvelles voies thérapeutiques pour le traitement des escarres qui représentent aujourd’hui un problème médical majeur.
- En savoir plus




19/10/2012 - Le transfert horizontal des gènes, un outil pour reconstituer l’« arbre » des espèces

Il n’y a pas que la transmission génétique de parent à enfant. Le transfert « horizontal » de gènes entre deux individus est loin d’être négligeable chez les organismes unicellulaires, et notamment les bactéries et les archées. Grâce à ce phénomène, une équipe de chercheurs du laboratoire de Biométrie et biologie évolutive de Lyon (CNRS/Université Claude Bernard Lyon1/INRIA/Hospices civils de Lyon) a mis au point un modèle informatique permettant de reconstituer l’arbre « généalogique » d’un groupe d’espèces. A terme, c’est tout l’arbre du vivant qui pourrait être ainsi reconstitué.
- En savoir plus




11/10/2012 - Une nouvelle fonction pour le facteur gdnf


Le facteur gdnf, qui assure la protection et la survie des neurones, est également essentiel à la régulation des voies de signalisation sémaphorine, impliquées dans de nombreux processus biologiques animant le cerveau. Ce résultat, publié dans la revue Neuron, a été obtenu par des chercheurs du Centre de génétique et de physiologie moléculaire et cellulaire (CNRS/Université Claude Bernard Lyon 1), en collaboration avec l’Institut de biologie du développement de Marseille-Luminy (CNRS/Université Aix-Marseille) et l’Institut médical Howard Hugues aux Etats-Unis.
- En savoir plus




11/10/2012 - Nouvelle bio-imagerie fluorescente


Une nouvelle technique d’imagerie fluorescente des objets biologiques a été mise au point par des chercheurs de l’Institut des nanotechnologies de Lyon (CNRS/INSA Lyon/Lyon 1/ECL/CPE Lyon) en collaboration avec Alain Géloën du laboratoire Cardiovasculaire, métabolisme, diabétologie et nutrition. Cette approche originale se base sur l’utilisation des couches en nitrure de silicium (SiNx), largement utilisées aujourd’hui dans les cellules solaires. Cette découverte permettra une reconnaissance cellulaire rapide entre les cellules saines et cancéreuses, par exemple.
- En savoir plus




18/07/2012 - Une vertèbre conforte l’existence de l’oiseau Gargantua


Des oiseaux géants cohabitaient-ils avec les dinosaures ? Telle est la question restée en suspens depuis la découverte en Provence, en 1995, d’un fragment de sacrum, puis d’un bassin et d’un fémur en 1998 dans le Languedoc. La découverte récente dans l’Hérault, dans le cadre du programme INTERREVIE de l’INSU du CNRS, d’une vertèbre cervicale lève donc le doute. Gargantuavis, proche de la taille d’une autruche, aurait bien existé il y a environ 70 millions d’années. C’est ce qu’indique l’étude publiée par deux chercheurs du Laboratoire de Géologie de l’ENS (Paris) et du LGL-TPE dans la revue Geological Magazine.
- En savoir plus




04/07/2012 - Structure de métalloprotéines par RMN à l’état solide


Les travaux de développement fondamental appliqués aux nouvelles technologies pour la RMN des matériaux paramagnétiques permettent la caractérisation précise de la structure de systèmes biologiques complexes. Ces travaux, menés par les chercheurs de l’Institut des sciences analytiques (CNRS/Université Claude Bernard Lyon 1/ENS de Lyon), ouvrent la voie à de nombreuses applications dans le domaine de la santé. Ils sont parus dans la revue PNAS le 21 juin 2012.
- En savoir plus




29/06/2012 - Comprendre les mécanismes de formation d’un oxygène plus réactif : une avancée pour de futurs traitements contre le cancer

L’oxygène « singulet » est une forme excitée de l’oxygène qui est produit et utilisé notamment dans les thérapies photo-dynamiques (ou photochimiothérapie). Comprendre ses mécanismes de formation représente un enjeu fort des recherches actuelles car il ouvre à de nouvelles pistes de traitement du cancer. Une avancée significative vient d’être réalisée dans ce domaine : les chimistes du Laboratoire de chimie de l’École normale supérieure de Lyon (CNRS / ENS de Lyon / Université Claude Bernard Lyon 1) ont identifié des paramètres importants de la production d’oxygène « singulet » dans le cas de nouvelles stratégies très prometteuses de thérapie photo-dynamiques. Les résultats sont parus en ligne dans la revue Organic & Biomolecular Chemistry le 22 juin 2012.
- En savoir plus




17/06/2012 - Comment reconnaître une bouée déformée ?


Dans les années 1950, le mathématicien Armand Borel s’est demandé si, sous certaines hypothèses techniques, le groupe fondamental d’une variété la déterminait entièrement, un peu comme les empreintes digitales permettent de reconnaître sans ambiguïté un individu dans une population. On sait que c’est le cas en dimension 2 et 3. Dans un article à paraître dans Inventiones, Erik Guentner (Université de Hawaï), Romain Tessera (UMPA) et Guoliang Yu (Université de Vanderbilt, Nashville) montrent que sous certaines hypothèses, la connaissance du groupe fondamental d’une variété de grande dimension fournit bien une information presque complète sur cette variété. Illustration : Oleg Alexandrov
- En savoir plus




01/06/2012 - Découverte de nouvelles formes virales dans des sédiments anciens


De nouvelles formes de virus – dont des virus cubiques – et d’autres formes jusqu’ici observées uniquement dans des milieux extrémophiles ont été découvertes dans les sédiments du lac Pavin, un lac volcanique situé dans le Puy-de-Dôme. C’est le résultat d’une équipe française menée par des chercheurs du LMGE, dont l’étude va bientôt paraître dans The ISME Journal.
- En savoir plus




17/04/2012 - Un anneau double pour dérouler l’ADN

Une équipe du laboratoire Bases moléculaires et structurales des systèmes infectieux (BMSSI) vient de découvrir la présence d’un anneau double chez le bacille Helicobacter pylori. Cette structure, qui simplifie la réplication de l’ADN dans les deux directions opposées, n’avait encore jamais été identifiée chez une bactérie. Ces travaux ont été publiés dans la revue Structure et réalisés avec la collaboration du laboratoire Biologie structurale des interactions entre virus et cellule hôte (UVHCI) et de l’Institut de biologie structurale (IBS).
- En savoir plus




16/04/2012 - Ce que deviennent les aérosols dans l’atmosphère : un nouveau scénario

S’il est acquis que les aérosols exercent de fortes influences sur le climat, le cycle de l’eau ou même la santé publique, il est encore difficile de prédire leur évolution dans l’atmosphère et ainsi prévenir leur impact. S’intéressant aux questions de réactivité photo-induite de ces particules dans l’atmosphère, les chercheurs d’IRCELYON en collaboration avec des chercheurs israéliens et allemands, ont proposé un nouveau mécanisme expliquant l’évolution de la taille et de la masse des aérosols et permettant d’obtenir des croissances ayant une vitesse similaire à celles mesurées dans l’atmosphère. Cette avancée, qui pourrait en partie expliquer pourquoi les modèles chimiques atmosphériques sous-évaluent la masse des aérosols, paraît dans la revue PNAS le 16 avril 2012.
- En savoir plus




11/04/2012 - Trois spectromètres de résonance magnétique nucléaire des Très Grandes Infrastructures de Recherche du CNRS se joignent au calcul quantique pour traquer la structure des espèces moléculaires en surface de matériaux


Les chimistes cherchent à greffer des composés organométalliques de l’aluminium sur des surfaces de silice car ils deviennent alors potentiellement des catalyseurs. Il est donc important de déterminer la nature et la structure des complexes de l’aluminium de surface. Pour ce faire, quatre équipes du CNRS (dont des membres du CRMN, de l’ICL et du laboratoire C2P2) et de l’ETH Zurich proposent une solution originale en travaillant à trois champs RMN. La signature non-équivoque de chaque espèce greffée est ensuite attribuée à une structure bien identifiée grâce à des calculs de chimie quantiques.
- En savoir plus




05/04/2012 - De nouvelles formes pour les vésicules qui se dégonflent


Une collaboration de physiciens, dont des membres de l’Institut des nanotechnologies de Lyon (INL), vient de mettre en évidence le rôle crucial de la résistance au cisaillement de la paroi d’un grain de pollen et son rôle dans l’apparition de nouvelles formes : facettées, en pales de bateau, en tétine... Ce travail fait l’objet d’une publication dans la revue Physical Review Letters.
- En savoir plus




28/03/2012 - La Terre ne peut provenir d’un seul type de météorites


En analysant la composition isotopique du silicium de la Terre silicatée et de différentes chondrites (météorites), deux chercheurs du Laboratoire de géologie de Lyon : Terre, planètes et environnement (LGL TPE) montrent que la Terre ne peut provenir des seules chondrites à enstatite, comme le suggèrent les similarités isotopiques entre ce type de météorites et la Terre. De plus, la mesure de la composition d’échantillons lunaires, qui ne se démarque pas de celle de la Terre, exclut l’hypothèse d’un réservoir caché de composition isotopique en silicium (Si) différente de celle des échantillons terrestres accessibles. Les auteurs proposent un modèle de mélange de trois types de chondrites comme source des matériaux ayant servi à la formation de la Terre pour expliquer la similarité isotopique en oxygène, nickel, et chrome entre Terre et chondrites à enstatite, tout en satisfaisant les compositions isotopiques en Si de ces objets. Ces travaux sont publiés dans la revue Science du 23 mars 2012.
- En savoir plus




28/03/2012 - Appariement des chromosomes pendant la méiose


L’équipe Recombinaison et maintien de l’intégrité du génome, dirigée par Charles White au laboratoire Génétique, reproduction et développement (GRED), apporte de nouvelles informations sur les mécanismes qui régulent l’appariement des chromosomes homologues lors des toutes premières étapes de la division méiotique. Ces travaux ont récemment été publiés dans la revue PLoS Genetics.
- En savoir plus




26/03/2012 - Quand un pathogène et un insecticide se liguent contre l’abeille


Agissant en synergie, insecticides et parasites constituent un cocktail mortel pour les abeilles, ont découvert des chercheurs français en 2011. Dans un article publié par Scientific Reports, la même équipe du Laboratoire microorganismes : génome et environnement (LMGE) montre que cette synergie fonctionne quel que soit l’ordre dans lequel les insectes sont exposés à leurs « agresseurs ».
- En savoir plus




06/03/2012 - Comment le manchot royal relève le défi de l’énergie


Une équipe de chercheurs du Laboratoire d’écologie des hydrosystèmes naturels et anthropisés (LEHNA) vient de mettre au jour les mécanismes métaboliques grâce auxquels le manchot royal, animal à sang chaud, est capable de résister au froid de l’océan circumpolaire tout en produisant assez d’énergie pour nager sur des centaines voire des milliers de kilomètres. Leurs travaux viennent d’être publiés dans les Proceedings of the Royal Society B.
- En savoir plus




16/02/2012 - Une technique de RMN révolutionnaire pour caractériser les composés de surface de matériaux complexes

L’équipe de David Farrusseng du laboratoire IRCELYON vient de franchir une première étape dans la synthèse des métalloenzymes artificielles bio-inspirées, plus robustes que les enzymes actuellement utilisées pour le traitement des déchets ou dans des procédés de chimie verte. Un des problèmes reste leur caractérisation à l’échelle moléculaire. Une équipe du Centre de RMN à Hauts Champs (CRMN) de Lyon vient de mettre au point une méthode de RMN révolutionnant la caractérisation de ces matériaux, la DNP ou polarisation dynamique nucléaire, permettant notamment de réaliser des spectres sans enrichissement isotopique et dans des temps record ! Ces travaux font l’objet de deux articles dans les revues Chemical Communications et Angewandte Chemie.
- En savoir plus

Haut de page

CNRS Rhône Auvergne
2 av. Albert Einstein
BP 61335
69609 Villeurbanne cedex
Tél : 04 72 44 56 00
Fax : 04 72 44 56 73

En savoir plus

Rechercher sur tous les sites du CNRS

Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site Intranet CNRS