Le CNRS
  Accueil > Laboratoires > En direct des labos > Brèves 2017

Brèves 2017


24/04/2017 - La forme du noyau comme reflet de l’interaction entre ses composants

Une expérience menée au Ganil à Caen a mis en évidence la forme sphérique du Krypton-96, remarquable en comparaison de la forme très allongée du Rubidium-97, qui compte seulement un proton de plus. Ce changement de forme radical et soudain donne aux physiciens de précieux indices sur l’organisation et la force de liaison entre les neutrons et protons qui constituent le noyau. Ce résultat a été obtenu lors d’une expérience menée par une collaboration internationale de chercheurs français de l’IPNL, du GANIL et de l’IPHC en collaboration avec les chercheurs de laboratoires français, allemands, espagnols, italiens, hongrois, sud-africains et suisses. Ce travail de recherche fait l’objet d’une publication dans la revue Physical Review Letters.
- En savoir plus




19/04/2017 - Comment des troupeaux synthétiques gardent leur cap au travers du désordre

La question du déplacement de troupeaux dans un environnement désordonné se pose non seulement pour les animaux, mais aussi pour des matériaux auto-assemblés à partir d’unités synthétiques motiles. Des physiciens du Laboratoire de physique de l’ENS de Lyon ont montré comment ces liquides actifs forment spontanément un réseau de rivières éparses afin de maintenir leurs écoulements au travers des réseaux d’obstacles. Ces travaux ont été publiés dans la revue Nature Physics.
- En savoir plus




18/04/2017 - Mawrth Vallis et Oxia Planum : deux sites martiens choisis par l’ESA pour l’atterrissage du rover Exomars 2020

Deux sites martiens ayant enregistré une abondante activité aqueuse très tôt dans l’histoire de Mars ont été recommandés par deux équipes françaises de l’IAS (Paris) et du LGL comme sites d’atterrissage finaux pour le rover européen ExoMars (2020). L’activité aqueuse des ces deux sites a été documentée notamment grâce aux données de l’instrument français OMEGA à bord du satellite européen Mars Express.
- En savoir plus




13/04/2017 - Elections 2017 : "Voter autrement"

À l’approche des présidentielles, les chercheurs se mobilisent pour mener des expérimentations, questionner les élections et le déroulement des campagnes électorales. Sur le terrain, sur les réseaux sociaux ou dans les laboratoires, ces initiatives visent à mieux comprendre le fonctionnement des institutions démocratiques à travers les élections, moment fort de la vie politique.

Une équipe de chercheurs et d’universitaires, coordonnée par le GATE, mène actuellement une étude expérimentale pour mieux comprendre les propriétés comparées des modes de scrutin. Cette étude est menée sur cinq communes, à Strasbourg (Bas-Rhin), Hérouville Saint-Clair (Calvados), Grenoble (Isère), ainsi que, sur une initiative citoyenne, à Crolles et Allevard-les-Bains (Isère). Ce sont 16 bureaux de vote, soit 17 000 électeurs inscrits, qui vont tester quatre modes de scrutin : le vote par note, le vote par approbation, le vote par classement partiel et élimination successive, et le vote par classement partiel et méthode Borda 4. Lors du premier tour, le 23 avril, et sur la base du volontariat, ces votes alternatifs se dérouleront dans les mêmes conditions que le vote officiel. Des questionnaires d’opinion seront distribués sur le terrain pour évaluer sur le vif ces initiatives. Une expérimentation en ligne est déjà disponible sur Voter autrement. Cette démarche vise à mieux comprendre les rouages démocratiques lors de prises de décisions collectives : elle n’a ni valeur de sondage ni d’influence sur le vote officiel, mais permet de tester les avantages et inconvénients des différents modes de scrutin. Les données recueillies seront en libre accès à la fin de la période électorale. Les équipes de recherche impliquées ont déjà mené des expériences similaires lors du premier tour des élections présidentielles de 2002, 2007 et 2012.
- En savoir plus




10/04/2017 - Le courant passe pour les céramiques à autodiagnostic

D’un mur porteur à une pièce de moteur d’avion, le même problème se pose : comment vérifier l’intégrité d’un matériau sans le détruire ? Des chercheurs du laboratoire MATEIS et des universités londoniennes Queen Mary et Imperial College ont développé des céramiques capables d’autodiagnostic, en s’inspirant de la nacre des coquillages. Renforcées contre les fissures, elles disposent également d’un réseau de graphène qui permet de détecter à tout moment un endommagement interne. Ces travaux sont publiés dans la revue Nature Communications.
- En savoir plus




07/04/2017 - La réponse du cerveau face aux individus dominants prédit le rapport aux inégalités sociales

Les êtres humains se divisent régulièrement à propos du maintien ou de l’accentuation des inégalités d’accès aux ressources élémentaires. Une équipe de l’Institut des sciences cognitives Marc Jeannerod, montre par IRM fonctionnelle que la réponse du cortex préfrontal antérieur droit des individus les plus enclins à légitimer ces hiérarchies de dominance sociale est exacerbée lorsque ces derniers sont exposés à des joueurs les ayant préalablement dominés au cours d’une tâche compétitive. Cette étude a été publiée le 5 avril 2017 dans la revue Scientific Reports.
- En savoir plus




02/04/2017 - Regarder les minéraux du manteau terrestre se transformer en temps réel

Grâce à la mise en œuvre d’un nouvel équipement expérimental, des chercheurs des laboratoires UMET, LGL-TPE (à Villeurbanne), IIT Kharagpur (Inde) et du synchrotron ESRF à Grenoble ont réussi pour la première fois à suivre - en temps réel, in situ et grain à grain - les changements de microstructure d’un échantillon d’olivine soumis aux pressions et températures élevées d’une plaque en subduction. Ce travail va permettre de mieux contraindre les propriétés mécaniques utilisées dans les modèles de dynamique du manteau et de la subduction.
- En savoir plus




02/04/2017 - Un nouveau mécanisme d’économie d’énergie chez les oiseaux face aux contraintes environnementales

Par opposition aux animaux ectothermes, dont la température corporelle suit celle du milieu extérieur, les animaux endothermes (mammifères et oiseaux) maintiennent leur température corporelle à des valeurs élevées grâce à une forte production de chaleur interne. Cette thermorégulation s’avère toutefois très coûteuse énergétiquement, ce qui explique pourquoi les oiseaux et mammifères peuvent connaître dans certains cas des variations de leur température interne, phénomène appelé « hétérothermie ». Si la régulation de la température interne à l’échelle de la saison (rythme infradien : hibernation par exemple) ou de 24 heures (rythme circadien : sommeil par exemple) est bien connue, il n’en va pas de même de la thermorégulation ultradienne - à l’échelle de l’heure -, laquelle reste peu étudiée. C’est sur celle-ci que s’est penchée une équipe du LEHNA. Les résultats de l’étude, publiés dans la revue Proceeding of the Royal Society B, montrent que les oiseaux exposés à des stress multiples (froid et jeûne alimentaire) réduisent les variations ultradiennes de leur température corporelle. Ce phénomène jusqu’alors inconnu permettrait aux oiseaux acclimatés au froid de réduire le coût énergétique de la thermorégulation en période de fortes contraintes environnementales.
- En savoir plus




17/03/2017- Les mammifères vivent en majorité plus longtemps en captivité

Il est couramment admis que les animaux vivent plus longtemps en captivité qu’à l’état sauvage. Famine, conditions climatiques extrêmes, prédation et compétition intra- et interspécifiques… les risques de mortalité prématurée dans la nature sont élevés. Pour autant, les rares études menées jusqu’à présent ne permettaient qu’une vision parcellaire, car elles se concentraient sur une espèce en particulier. Les récents travaux d’une équipe européenne composée de plusieurs chercheurs CNRS du LBBE, publiés dans la revue Scientific Reports, sont les premiers réalisés à large échelle. Portant sur 59 espèces de mammifères répartis en 8 ordres (Artiodactyles, Périssodactyles, Carnivores, Primates, Lagomorphes, Rongeurs, Diprotodontes et Scandentiens), ils viennent confirmer que l’espérance de vie est supérieure en zoo pour 84 % des espèces de mammifères étudiées.
- En savoir plus




13/03/2017 - La pollution sonore générée par le trafic routier affecte l’état sanitaire des animaux

Depuis le début des années 2000, de nombreuses études démontrent les conséquences de la pollution sonore générée par le trafic routier sur la biodiversité. Leur intérêt pour ce type de perturbation est assez récent, alors que l’on sait depuis longtemps que l’exposition sonore influence fortement la santé humaine et qu’en France la première loi relative à la lutte contre le bruit date du 31 décembre 1992. Pour autant, la quasi-totalité de ces études s’est focalisée sur les effets néfastes des nuisances sonores sur la communication acoustique, et donc sur les espèces animales utilisant les signaux sonores pour interagir. Si le "brouillage" de cette communication peut être lourd de conséquences pour l’espèce concernée (en termes de reproduction, etc.), une récente étude menée sur la Rainette verte par les chercheurs du LEHNA, publiée dans la revue Conservation Biology, vient de prouver que c’est plus largement l’état sanitaire des animaux qui est affecté par les perturbations sonores.
- En savoir plus




13/03/2017 - Les secrets de l’assemblage du "bon" collagène dévoilés

Les équipes de Catherine Moali au LBTI et de Nushin Aghajari au laboratoire MMSB explicitent le mécanisme d’assemblage de la "bonne" forme de la protéine la plus abondante chez l’homme, le collagène de type I. Cette étude a été publiée le 10 mars 2017 dans la revue Nature Communications.
- En savoir plus




13/03/2017 - De nouveaux matériaux moléculaires magnétiques à mémoire

Aller vers des molécules magnétiques multifonctionnelles et commutables pour des dispositifs à mémoire miniatures est le but que cherchent à atteindre de nombreux scientifiques. Pour y parvenir, des chercheurs du LMI ont assemblé des métaux et des radicaux libres qui portent tous des moments magnétiques. Ils espèrent ainsi pouvoir faire varier les propriétés magnétiques en intervenant soit sur le magnétisme des radicaux, soit sur celui des métaux. Ce résultat qui élargit le champ des possibles pour l’élaboration de matériaux moléculaires magnétiques commutables est publié dans Journal of the American Chemical Society.
- En savoir plus




08/03/2017 - La plateforme interactive Europeana Radio donne accès aux trésors audio de l’Europe

Lancée par Europeana Sounds et la Fondation Europeana, la plateforme Europeana Radio est disponible en ligne depuis le 12 janvier 2017. Europeana Radio propose une écoute interactive qui permet aux auditeurs tout à la fois de partir à la découverte des trésors audio de l’Europe et de rejoindre une production participative à l’échelle du continent en “taguant” les genres musicaux des enregistrements. Europeana Sounds — projet européen de trois ans — connecte les archives sonores de l’Europe. Il s’agit d’un partenariat entre 24 bibliothèques nationales, institutions du son, centres de recherches et universités de douze pays européens, dont le LARHRA.
- En savoir plus




08/03/2017 - Comment a été généré le champ magnétique des premiers âges de la Terre ?

S’il est bien établi que le champ magnétique terrestre est maintenu par la convection de la partie liquide du noyau terrestre, son apparition dès les premiers instants de la Terre reste une question ouverte. De nouvelles expériences à hautes pressions et températures, ainsi que des modèles théoriques, ont permis à une équipe de chercheurs du Earth life science institute (ELSI, Tokyo), de l’IMPMC (Paris) et du LGL de mieux comprendre la chimie du noyau terrestre actuel. Ces résultats leur ont permis de proposer un mécanisme permettant d’expliquer la génération du champ magnétique terrestre, il y a plus de 4 milliards d’années.
- En savoir plus




06/03/2017 - Ça chauffe dans les fractures !

En analysant expérimentalement et théoriquement l’avancée d’une déchirure dans une feuille de papier, des physiciens du Laboratoire de physique et de l’IPGS (Strasbourg) viennent pour la première fois d’effectuer un bilan d’énergie complet des phénomènes mis en jeu. Ils ont notamment déterminé la proportion de l’énergie mécanique de fracture transformée en chaleur, de l’ordre d’une douzaine de pour cent. Ce travail est publié dans la revue Soft Matter.
- En savoir plus




03/03/2017 - Infertilité masculine, de nouvelles causes moléculaires ?

Les acides biliaires ont été récemment impliqués dans la régulation de la physiologie testiculaire et reconnus comme responsables de cas d’infertilité. Grâce à l’utilisation de modèles murins et d’approches pharmacologiques, l’équipe de David Volle au laboratoire GReD, révèle la présence inattendue de voies alternatives d’action des acides biliaires au sein du testicule. Cette étude a été publiée le 9 février 2017 dans la revue Scientific Reports.
- En savoir plus




01/03/2017 - Contrôle de l’absorption lumineuse d’une nanosphère d’or assistée par une nanosphère d’argent

La présence d’une nanosphère d’argent au voisinage d’une nanoparticule d’or influence drastiquement la réponse de celle-ci, et ainsi son échauffement suite à une illumination laser. Il s’agit d’une manifestation expérimentale de l’effet Fano au sein d’une nanostructure métallique. Cette découverte de physiciens de l’iLM, en collaboration avec une équipe espagnole, sont publiés dans la revue Nano Letters.
- En savoir plus




01/03/2017 - L’embryologie comparée ressuscitée par les nouvelles techniques de séquençage

Des chercheuses du LBMC de l’ENS de Lyon, démontrent que la comparaison des transcriptomes permet de réconcilier l’analyse moléculaire des réseaux de gènes et l’observation histologique de l’embryologie classique. En fournissant des informations sur la régulation des gènes et l’abondance relative des types cellulaires dans les organes comparés, cette nouvelle approche permet de comprendre comment des profils de régulation génique très similaires peuvent conduire à des morphologies finales très différentes. Cette étude a été publiée le 15 février 2017 dans la revue Genome Biology.
- En savoir plus




23/02/2017 - L’étonnant pouvoir du système perceptif humain à traiter les scènes d’interaction sociale

Dans une scène comportant plusieurs objets, le système visuel humain privilégie le traitement des corps humains. Mais comment le système visuel traite-t-il une scène dans laquelle plusieurs personnes sont présentes ? Des chercheurs, notamment des membres de l’ISC Marc Jeannerod, montrent que le traitement des groupes de personnes dépend de leur positionnement. En effet, le système visuel privilégie un couple de personnes qui se font face, comme si elles interagissaient, par rapport à deux personnes n’interagissant pas. Le positionnement relatif des individus dans une foule pourrait ainsi constituer un moyen puissant d’analyser la scène et de sélectionner les parties pertinentes, très probablement celles dans lesquelles un échange ou un événement social se produit. Cette étude a été publiée le 1er janvier 2017 dans la revue Psychological Science.
- En savoir plus




17/02/2017 - IMOTEP : des moteurs plus propres pour construire les véhicules de demain

Porté par le Groupe HEF, au sein d’un consortium constitué du Laboratoire Hubert Curien, du LTDS, de l’Equipex Manutech-USD et de nombreux grands industriels, IMOTEP est un programme scientifique, technologique et industriel ambitieux qui apportera des innovations majeures pour les moteurs propres, en menant des recherches sur les revêtements et la texturation des surfaces. Dans un contexte sociétal d’urgence écologique et de recherche de solutions concrètes pour réussir la transition énergétique, l’ensemble de ces partenaires du territoire Lyon Saint-Etienne travailleront ensemble sur un projet de 5 ans, pour mettre en synergie recherche de pointe et production du futur.
- En savoir plus




16/02/2017 - Une biodiversité inattendue après la plus importante extinction de tous les temps

À la fin de l’ère primaire, il y a 252 millions d’années, la plus importante extinction connue par la Terre rayait de la carte 90 % des espèces alors existantes. On considère habituellement que les cinq premiers millions d’années suivant cette crise furent caractérisés par une biodiversité extrêmement faible. Cependant, un nouveau gisement paléontologique situé près de la ville de Paris dans l’Idaho (États-Unis) lève le voile sur une diversité d’êtres vivants aussi spectaculaire qu’inattendue moins de 1,5 million d’années après la crise, questionnant la validité d’un tel scénario. Publiée le 15 février dans la revue Science Advances, cette découverte a été réalisée par une équipe pluridisciplinaire internationale (France, Etats-Unis, Suisse, Royaume-Uni, Suède et Luxembourg) coordonnée par Arnaud Brayard, chercheur CNRS au laboratoire Biogéosciences (Dijon) et impliquant cinq laboratoires français, dont le LMV, l’IGFL et le LEHNA.
- En savoir plus




09/02/2017 - EUROCHAMP-2020 : un réseau européen pour la simulation atmosphérique

Plus de soixante scientifiques (physiciens, chimistes, biologistes) de 10 pays européens, réunis à Paris, ont lancé en janvier dernier le réseau d’infrastructure EUROCHAMP-2020. Soutenu par le programme H-2020 et piloté par le CNRS, ce projet vise à la coordination des chambres de simulation atmosphérique en une infrastructure distribuée ouverte à l’ensemble de la communauté scientifique. A l’échelle française, cette infrastructure regroupe des chambres de simulation atmosphérique à Créteil, Orléans et Lyon (IRCELYON).
- En savoir plus




08/02/2017 - Des cristaux à luminescence multicolore : une approche cœur-coquille

Le contrôle précis de la morphologie d’un matériau, un cristal par exemple, peut parfois faire émerger des propriétés originales. Les cristaux de complexes de lanthanides récemment obtenus par une équipe du Laboratoire de chimie en sont un bel exemple. La structure singulière de ces derniers, de type cœur-coquille, a permis l’accès à une luminescence multicolore modulable par la longueur d’onde d’excitation. Réalisé en collaboration avec les équipes lyonnaises du Laboratoire C2P2, de l’IGFL et du LMI, ce travail vient de paraitre dans la revue Chemistry - A European Journal.
- En savoir plus




25/01/2017 - Une vibration acoustique inédite détectée grâce au couplage électromagnétique entre nanoparticules

Des physicien-ne-s viennent de caractériser le couplage mécanique entre des nanoparticules métalliques maintenues dans une matrice de polymère et d’identifier les modes vibratoires, individuels ou couplés, obtenus suivant la longueur d’onde de la lumière utilisée. Un nouveau mode de vibration des nanoparticules couplées a ainsi été mis en évidence, à très basse fréquence, résultat de l’hybridation de modes de vibration habituellement invisibles en spectroscopie Raman. Ces travaux, impliquant notamment l’ILM, sont publiés dans la revue Nano Letters.
- En savoir plus




17/01/2017 - Une imagerie par résonance magnétique 10’000 fois plus sensible

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) est l’un des plus puissants outils pour le diagnostic clinique, mais sa performance dépend de celle des agents de contraste. Les chercheurs du LBM (Paris), de l’EPFL et l’ISA, ont préparé une nouvelle génération d’agents de contraste, en augmentant leur sensibilité par un facteur de l’ordre de 10’000. Autre atout, ils présentent une très longue durée de vie et pourront donc être délivrés à distance. Ces résultats sont parus dans la revue Nature Communications.
- En savoir plus




11/01/2017 - Découverte des "pièges à poussières" spontanés. Un des chaînons manquants pour comprendre la formation des planètes

Comment les planètes se forment-elles ? Cette question est un enjeu majeur en astrophysique. Jusqu’alors, aucune théorie ne permettait d’y répondre dans son ensemble. Pourtant, une équipe internationale d’astrophysiciens menée par des chercheurs du CRAL a identifié un phénomène physique, la création spontanée de "pièges à poussières", qui permet enfin de lier entre elles les différentes étapes de la formation des planètes.
- En savoir plus

Haut de page

CNRS Rhône Auvergne
2 av. Albert Einstein
BP 61335
69609 Villeurbanne cedex
Tél : 04 72 44 56 00
Fax : 04 72 44 56 73

En savoir plus

Rechercher sur tous les sites du CNRS

Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site Intranet CNRS