Le CNRS
  Accueil > Laboratoires > En direct des labos > Brèves 2017

Brèves 2017


21/07/2017 - Un nouveau carburant plus vert pour la propulsion spatiale

Utilisées depuis des années pour la propulsion spatiale, les hydrazines sont menacées par la directive REACH, car jugées toxiques. Quelle alternative verte pour ne pas limiter cette course à l’espace ? Un nouveau composé, le 1,1,4,4-tétraméthyl-2-tétrazène (TMTZ) élaboré par des chercheurs du Laboratoire des hydrazines et composés énergétiques polyazotés et de la faculté de pharmacie de l’université de Lyon. Ces résultats publiés dans la revue Chemistry : a European Journal ouvrent la voie au développement de nouveaux systèmes propulsifs.
- En savoir plus




20/07/2017 - De plus en plus d’énergie dans nos nano-batteries

Capacité de stockage et durée de vie, deux paramètres clés qui caractérisent les performances des batteries ! Un nouveau matériau non seulement capable de stocker une grande quantité d’énergie dans un faible volume et ne montrant aucune usure après plus de 1 000 cycles de charge/décharge existerait donc ? Eh bien oui, des chercheurs du Laboratoire de chimie, avec des chercheurs de l’Université des sciences et technologies de Cracovie l’ont réalisé. Ces travaux font l’objet d’une publication dans la revue Nature Communications.
- En savoir plus




20/07/2017 - Quand l’évolution bricole pour réprimer

Les co-répresseurs sont essentiels à la régulation de la transcription chez tous les organismes vivants. Une équipe interdisciplinaire, impliquant notamment le laboratoire RDP, a élucidé la structure d’un co-répresseur des plantes nommé TOPLESS. Ce travail montre que cette protéine est composée de domaines identiques à ceux d’autres co-répresseurs mais avec des propriétés différentes, illustrant comment l’évolution récupère des domaines protéiques pour créer de nouvelles fonctions. Cette étude qui ouvre également la voie à des manipulations raisonnées de cette protéine clé pour l’adaptation des plantes à l’environnement, a été publiée le 11 juillet 2017 dans la revue PNAS.
- En savoir plus




18/07/2017 - La turbulence commune des particules et des footballeurs

Agités et turbulents les footballeurs ? Ce n’est pas la sociologie qui le dit, mais la mécanique des fluides. En étudiant les trajectoires de particules fluides dans un écoulement turbulent, une collaboration de chercheurs, impliquant notamment le LMFA, a mesuré des comportements similaires aux mouvements des sportifs en plein match. Ces travaux, qui soulignent l’effet du temps et du confinement sur les trajectoires des particules, sont publiés dans la revue Physical Review Fluids.
- En savoir plus




11/07/2017 - Faire entrer la surface de la Terre à l’intérieur d’une balle de ping-pong : première image d’une sphère réduite en 3D

Dans les années 1950, Nicolas Kuiper et le prix Nobel John Nash ont démontré l’existence d’une vaste classe d’objets mathématiques paradoxaux tels que des tores plats en 3D ou des sphères réduites, sans pouvoir toutefois les visualiser. Une équipe de mathématiciens et d’informaticiens du CNRS, de l’Université Grenoble Alpes et de l’Université Claude Bernard Lyon 1 [1], a réussi à construire et représenter visuellement une sphère réduite, cinq ans après avoir obtenu la première image d’un tore plat en 3D [2]. Les sphères, connues pour être rigides, ne peuvent pas être déformées isométriquement [3], c’est à dire en préservant les longueurs des courbes, avec une régularité de classe C2. En se basant sur la théorie mathématique de l’intégration convexe [4], les chercheurs sont parvenus à placer une sphère à l’intérieur d’une boule de rayon arbitrairement petit. Si l’on assimile la surface de la Terre à une sphère ronde, cette théorie permet de réduire son diamètre à celui d’un modèle réduit de globe terrestre ou d’une balle ping-pong tout en préservant les distances géodésiques [5]. La surface obtenue, très déformée, se compose de deux calottes sphériques, parfaitement lisses, connectées par une bande équatoriale fortement déformée. Les chercheurs montrent que ce changement de structure géométrique est similaire à celui observé lorsqu’on relie une courbe de von Koch à un segment de droite (voir figure 3). Ces résultats ouvrent des perspectives inédites en mathématiques appliquées, notamment pour la résolution de certaines équations aux dérivées partielles. Les étonnantes propriétés des fractales lisses pourraient également jouer un rôle central dans l’analyse de la géométrie des formes. Leurs résultats ont été publiés dans la revue Foundations of Computational Mathematics, le 6 juillet 2017.


Sphère corruguée et sphère unité © Projet Hévéa


Un globe terrestre isométrique © Projet Hévéa


Une surface de Von Koch © Projet Hévéa

Pour aller plus loin :
- Dossier de presse
- Sphère réduite en image

Référence : An explicit isometric reduction of the unit sphere into an arbitrarily small ball Evangelis, Bartzos, Vincent Borrelli, Roland Denis, Francis Lazarus, Damien Rohmer, Boris Thibert, Foundations of Computational Mathematics, 6 juillet 2017.

Chercheurs :
Francis Lazarus l T. 04 76 82 64 67
Vincent Borrelli l T. 04 72.44.79.38
Boris Thibert l T. 04 57 42 17 84

Presse CNRS : Anne-Sophie Boutaud l T. 01 44 96 46 06

 

[11.Institut Camille Jordan (CNRS/Universités Claude Bernard Lyon 1 et Jean Monnet/Ecole centrale de Lyon/INSA de Lyon), du GIPSA-lab (CNRS/Grenoble-INP/ Université Grenoble Alpes) et du laboratoire Jean Kuntzmann (CNRS/Université Grenoble Alpes/Grenoble-INP).

[33.Le résultat de John Nash et Nicolas Kuiper montre que ce n’est plus le cas si l’on autorise des déformations moins régulières, de classe C¹.

[44.Utilisée dans la détermination de solutions atypiques d’équations aux dérivées partielles.

[55.Sur le cercle, la distance géodésique est la longueur du plus petit arc de cercle joignant les deux points.




03/07/2017 - Arrivée au CPPM des premiers détecteurs de vol pour Euclid, la mission spatiale de l’ESA

Euclid est une mission spatiale majeure de l’ESA dédiée à l’étude de l’accélération de l’Univers qui sera lancée en 2020. La phase finale de fabrication du satellite et de ses instruments est en cours. Le Centre de physique des particules de Marseille vient de recevoir de la NASA les premiers détecteurs de vol infrarouges qui seront caractérisés puis embarqués sur le spectrophotomètre infrarouge, NISP, un instrument français, qui permettra de faire une cartographie tridimensionnelle fine de millions de galaxies de notre Univers. À Lyon, l’IPNL est impliqué.
- En savoir plus




29/06/2017-L’influence de l’opinion d’autrui sur nos décisions au sein d’un groupe

Comment notre cerveau révise-t-il ses croyances lors de décisions de groupe dans lesquelles il est nécessaire d’intégrer l’influence des opinions d’autrui (information sociale) avec ses croyances initiales ? L’équipe de Jean-Claude Dreher à l’Institut des Sciences Cognitives - Marc Jeannerod montre que l’adaptation de notre jugement lors d’une décision collective est réalisée à partir d’un calcul que le cerveau effectue en pondérant la confiance en son propre choix et la crédibilité qu’on accorde à l’information d’autrui. Cette étude a été publiée le 28 Juin 2017 dans la revue PLOS Biology.
- En savoir plus




27/06/2017 - Des asymétries droite-gauche découvertes dans la moelle épinière

Notre symétrie droite-gauche (D-G) n’est qu’apparente et nombre de nos organes présentent des asymétries D-G qui, bien que parfois subtiles, n’en restent pas moins cruciales. Jusqu’à présent, les asymétries D-G du système nerveux central étaient l’apanage du cerveau. L’équipe de Valérie Castellani à l’Institut NeuroMyoGene révèle que des asymétries D-G existent également dans la moelle épinière. Ces différences neuronales sont génétiquement programmées et peuvent contrôler la trajectoire de certains nerfs. Cette étude a été publiée le 22 juin 2017 dans la revue eLife.
- En savoir plus




26/06/2017 - Une galaxie à disque massive qui ne forme plus d’étoiles défie notre vision de l’évolution des galaxies

Une galaxie à disque jeune, compacte et « morte » surprend les astronomes, et nous en apprend davantage sur la formation des galaxies elliptiques. Dans la région, cette découverte implique le CRAL (OSUL).
- En savoir plus




21/06/2017 - Projet Sphinx : simuler l’époque de réionisation sur les plus grands ordinateurs européens

Une équipe internationale menée par un chercheur du CRAL a obtenu 13,7 millions d’heures de calcul PRACE (Partnership For Advanced Computing In Europe) pour simuler la réionisation de l’Univers par les premières galaxies, l’un des chapitres les plus fascinants de l’histoire de l’Univers.
- En savoir plus




19/06/2017 - De la mangrove en Arctique il y a 55 millions d’années

Une équipe de chercheurs français, allemands et russes, impliquant le LGL TPE, a examiné des sédiments collectés sur deux îles de Nouvelle-Sibérie dans l’océan Arctique en 2011 : les îles Belkov et Faddeïev. L’analyse des échantillons datés du début de l’Éocène révèle la présence de végétations adaptées aux milieux marécageux et tropicaux il y a 55 millions d’années près du pôle Nord. Cela suggère ainsi un climat subtropical humide en Sibérie arctique à cette époque. Cette forte chaleur polaire est sous-estimée par les modèles. La décharge des eaux chaudes par les rivières arctiques pourrait constituer une piste à explorer pour résoudre cet écart entre les modèles et les observations.
- En savoir plus




19/06/2017-Construction du LSST : une nouvelle étape majeure vient d’être franchie

La construction de la camera du LSST (Large Synoptic Survey Telescope) vient de franchir une étape majeure : le premier science raft, soit la brique détectrice élémentaire composée de 9 capteurs CCD, est prêt à être envoyé au SLAC National Accelerator Laboratory. Elle pourra ainsi être intégrée au plan focal de la future plus grande caméra numérique du monde. Ce résultat est le fruit d’une collaboration internationnale à laquelle participent dix laboratoires de l’IN2P3, dont en Rhône Auvergne le LMA, le CC-IN2P3 et le LPC.
- En savoir plus




15/06/2017 - Une nouvelle source d’hydrocarbures dans le cycle profond du carbone

L’acétate est une molécule simple à deux atomes de carbone, que l’on retrouve dans de nombreux environnements naturels. Elle est impliquée dans de nombreuses réactions biochimiques cellulaires (incluant la fermentation avec la fabrication du vinaigre). L’ubiquité de l’acétate conduit à le retrouver fréquemment dans les pores des sédiments, y compris ceux qui entre en subduction. Aux températures typiques des zones de subduction et relative basse pression, on pensait jusque très récemment que le carbone transporté dans les zones de subduction se transformait en dioxyde de carbone et méthane. Récemment, une étude thermodynamique sur la formation des diamants, a montré que l’acétate pouvait potentiellement être stable dans le manteau terrestre. Des chercheurs du LGL-TPE et du Department of Earth and Planetary Sciences (Johns Hopkins University) ont donc testé cette hypothèse à Lyon par des expériences en cellule à enclumes de diamant.
- En savoir plus




06/06/2017 - L’incorporation d’azote dans le carbure de silicium enfin mieux comprise

Les composants électroniques (diodes, transistors) à base de Carbure de Silicium (SiC), permettent une réduction considérable des pertes d’énergie lors de leur fonctionnement, par rapport au silicium. Malgré une apparente maturité de la technologie de dopage du SiC avec l’azote, certaines étapes de la synthèse, maitrisées à l’échelle industrielle, sont encore loin d’être bien décrites et comprises. Les chercheurs du LMI et du LMGP (Grenoble) ont proposé un modèle théorique d’incorporation de l’azote dans le composé modèle 4H-SiC qui permet d’accéder au mécanisme de dopage. Ces travaux sont publiés dans la revue Scientific Reports.
- En savoir plus




01/06/2017 - Troisième détection d’ondes gravitationnelles : la confirmation de l’existence d’une nouvelle population de trous noirs

Pour les collaborations scientifiques LIGO et Virgo, l’aventure continue avec l’annonce d’une troisième détection d’ondes gravitationnelles. L’événement a été enregistré au cours de la campagne actuelle de prise de données des deux détecteurs LIGO qui a démarré le 30 novembre dernier et se poursuivra pendant l’été. Comme pour les deux premiers événements fin 2015, les signaux enregistrés ont été générés lorsque deux trous noirs ont fusionné en un plus gros. Le nouveau trou noir, situé à près de 3 milliards d’années-lumière de la Terre (soit deux fois plus loin que pour les deux systèmes déjà découverts) est environ 49 fois plus lourd que le Soleil, une masse intermédiaire par rapport aux résultats des deux fusions observées en 2015 (21 et 62 masses solaires). Cette découverte, décrite dans un nouvel article publié le 1er juin 2017 par la revue scientifique Physical Review Letters, implique le LMA.
- En savoir plus




24/05/2017 - Les plastiques dans les océans sont des radeaux pour les microorganismes

La plastisphère, nommé en 2014 par des chercheurs américains, est le biofilm que se développe sur les débris de plastique. Les débris de plastique offrent un effet un support particulier au développement d’organismes. Ils perdurent dans l’environnement bien plus longtemps que le bois flotté par exemple, et vont être transportés sur des milliers de kilomètres carrés. Transportés par les courants, les plastiques peuvent déplacer à des milliers de kilomètres des espèces potentiellement exotiques ou nuisibles, pouvant ainsi perturber gravement les écosystèmes. Ces travaux ont été menés par les laboratoires IMRCP (Toulouse) et LMGE (Clermont-Ferrand).
- En savoir plus




23/05/2017 - Nétrine-1 : de celle qui guide à celle qui attache

Nétrine-1 est une molécule qui participe au guidage des axones pendant le développement du système nerveux. Depuis sa découverte en 1994, il est admis que la nétrine-1 est sécrétée au niveau d’une structure médiane, la plaque du plancher, et que sa diffusion établit un gradient attirant certains axones ventralement. Ce dogme vient d’être remis en cause par les équipes de Patrick Mehlen au CRCL et Alain Chédotal à l’Institut de la vision : l’absence de nétrine-1 à la plaque du plancher ne change rien au guidage de ces axones. Cette étude a été publiée le 18 mai 2017 dans la revue Nature.
- En savoir plus




18/05/2017 - Glissement de flanc, éruption explosive et tsunami à Tenerife : un nouveau type de scénario volcano-tectonique pour les îles océaniques il y a 170 milliers d’années

Les volcans boucliers océaniques subissent régulièrement des phases de destruction massive de leurs flancs, impliquant des volumes de plusieurs dizaines voire centaines de km³. Ces gigantesques glissements de terrain représentent potentiellement un risque de faible fréquence mais de forte magnitude, notamment du fait des tsunamis qu’ils peuvent engendrer. Cependant, les facteurs de déclenchement et les processus physiques contrôlant ces glissements sont peu contraints, du fait de l’absence d’observations historiques et de données instrumentales. Des études récentes sur les turbidites et dépôts de tsunami associés à de tels évènements aux Iles Canaries ont suggéré une mise en place multiphasée de type glissement rétrogressif. Dans une nouvelle étude, des chercheurs du LMV et de l’Instituto Volcanológico de Canarias et du Museo Nacional de Ciencias Naturales ont analysé les traces géologiques d’un tsunami à Tenerife pour proposer un scénario original de glissement de flanc rétrogressif associé à une éruption volcanique majeure de style explosif.
- En savoir plus




16/05/2017 - Des polymères à la queue-leu-leu pour former des gels injectables

Biocompatibles, les hydrogels polymériques présentent un grand intérêt dans le domaine biomédical, où ils sont de plus en plus utilisés pour la délivrance contrôlée de substances actives. L’injection est la technique d’implantation la moins invasive, mais requiert des gels capables de passer de l’état solide à liquide en fonction des paramètres appliqués. Une collaboration lyonnaise entre des chimistes et des physiciens, membres du Laboratoire de chimie de l’ENS de Lyon, du Laboratoire de physique de l’ENS de Lyon et de l’ILM, a développé et étudié de tels gels formés à base de courtes chaînes de polymère, capables de répondre à ces enjeux.
- En savoir plus




16/05/2017 - Une drosophile invasive résiste aux attaques de ses ennemis naturels grâce à une étonnante stratégie de médication

Originaire d’Asie du Sud-Est, Drosophila suzukii est devenue en l’espace de quelques années un ravageur majeur des cultures fruitières dans plusieurs pays du globe. En Europe et aux Etats-Unis, les méthodes de lutte biologique basées sur l’utilisation de guêpes parasitoïdes contre cette petite mouche se sont révélées jusqu’ici inefficaces. Des chercheurs du LBBE et de l’Unité EDYSAN (Amiens), viennent de découvrir l’un des moyens de résistance de D. suzukii contre les attaques des parasitoïdes. Dans une étude publiée dans Scientific Reports, ces chercheurs ont montré que des femelles D. suzukii déposaient leurs œufs sur une plante diffusant un insecticide naturel afin d’offrir une meilleure protection de leur progéniture face aux parasitoïdes. Cette stratégie de médication transgénérationnelle pourrait expliquer en partie le succès de l’invasion de l’espèce en Europe.
- En savoir plus




11/05/2017 - Paysage génétique des tumeurs du sein : une histoire d’(im)maturité de la cellule d’origine

Les cancers du sein constituent une famille hétérogène de tumeurs, présentant des caractéristiques phénotypiques et génétiques différentes. Cette hétérogénéité est responsable de la résistance de certaines tumeurs aux traitements anticancéreux. L’origine de cette diversité reste cependant mal connue. Une équipe du CRCL, en étroite collaboration avec une équipe du CRCM (Marseille), montre que l’état de différenciation de la cellule d’origine de la tumeur influence la réponse précoce à une activation oncogénique aberrante et détermine l’histoire génétique du processus de tumorigenèse. Cette étude a été publiée le 15 avril 2017 dans la revue Nature Medicine.
- En savoir plus




10/05/2017 - Pourquoi les pelotes de mer ne se dévident pas

Si elles intriguent les promeneurs du bord de mer, les ægagropiles suscitent aussi des interrogations chez les scientifiques. Des chercheurs de l’IRPHE, du LPS et du Laboratoire de physique de l’ENS de Lyon se sont penchés sur la formation de ces pelotes de fibres végétales, un processus qui façonne des matériaux plus résistants qu’il n’y paraît. Ces travaux sont publiés dans la revue PNAS.
- En savoir plus




09/05/2017 - Échange d’armes dans la bataille entre les éléments transposables et leur hôte

De multiples mécanismes épigénétiques assurent l’inactivation des éléments transposables au sein des génomes. L’équipe d’Olivier Mathieu, au laboratoire GReD, identifie deux gènes nécessaires à la répression de nombreux éléments transposables, via une nouvelle voie moléculaire indépendante des principales modifications épigénétiques. Ces gènes pourraient avoir eux-mêmes dérivé d’éléments transposables. Ceci révèle que la domestication d’éléments transposables par les génomes des plantes à fleurs aurait permis l’émergence d’un nouveau mécanisme de contrôle de l’activité de ces séquences invasives. Cette étude a été publiée le 3 mai 2017 dans la revue Nature Communications.
- En savoir plus




09/05/2017 - Les petites populations font de gros génomes

Pourquoi les tailles de génomes varient-elles si fortement d’une espèce à une autre ? Pour s’attaquer à cette question difficile, des chercheurs du LEHNA, du LBBE et de l’Université de Copenhague, ont étudié les génomes d’espèces qui ont colonisé un habitat unique : le milieu souterrain. Publié dans la revue Genome Research, les chercheurs ont montré que suite à la colonisation du milieu souterrain, la baisse des tailles de population conduit à une diminution de l’efficacité de la sélection naturelle à lutter contre les éléments répétés et envahissants du génome. In fine, les tailles de génome dépendent bien des tailles de population.
- En savoir plus




24/04/2017 - La forme du noyau comme reflet de l’interaction entre ses composants

Une expérience menée au Ganil à Caen a mis en évidence la forme sphérique du Krypton-96, remarquable en comparaison de la forme très allongée du Rubidium-97, qui compte seulement un proton de plus. Ce changement de forme radical et soudain donne aux physiciens de précieux indices sur l’organisation et la force de liaison entre les neutrons et protons qui constituent le noyau. Ce résultat a été obtenu lors d’une expérience menée par une collaboration internationale de chercheurs français de l’IPNL, du GANIL et de l’IPHC en collaboration avec les chercheurs de laboratoires français, allemands, espagnols, italiens, hongrois, sud-africains et suisses. Ce travail de recherche fait l’objet d’une publication dans la revue Physical Review Letters.
- En savoir plus




19/04/2017 - Comment des troupeaux synthétiques gardent leur cap au travers du désordre

La question du déplacement de troupeaux dans un environnement désordonné se pose non seulement pour les animaux, mais aussi pour des matériaux auto-assemblés à partir d’unités synthétiques motiles. Des physiciens du Laboratoire de physique de l’ENS de Lyon ont montré comment ces liquides actifs forment spontanément un réseau de rivières éparses afin de maintenir leurs écoulements au travers des réseaux d’obstacles. Ces travaux ont été publiés dans la revue Nature Physics.
- En savoir plus




18/04/2017 - Mawrth Vallis et Oxia Planum : deux sites martiens choisis par l’ESA pour l’atterrissage du rover Exomars 2020

Deux sites martiens ayant enregistré une abondante activité aqueuse très tôt dans l’histoire de Mars ont été recommandés par deux équipes françaises de l’IAS (Paris) et du LGL comme sites d’atterrissage finaux pour le rover européen ExoMars (2020). L’activité aqueuse des ces deux sites a été documentée notamment grâce aux données de l’instrument français OMEGA à bord du satellite européen Mars Express.
- En savoir plus




13/04/2017 - Elections 2017 : "Voter autrement"

À l’approche des présidentielles, les chercheurs se mobilisent pour mener des expérimentations, questionner les élections et le déroulement des campagnes électorales. Sur le terrain, sur les réseaux sociaux ou dans les laboratoires, ces initiatives visent à mieux comprendre le fonctionnement des institutions démocratiques à travers les élections, moment fort de la vie politique.

Une équipe de chercheurs et d’universitaires, coordonnée par le GATE, mène actuellement une étude expérimentale pour mieux comprendre les propriétés comparées des modes de scrutin. Cette étude est menée sur cinq communes, à Strasbourg (Bas-Rhin), Hérouville Saint-Clair (Calvados), Grenoble (Isère), ainsi que, sur une initiative citoyenne, à Crolles et Allevard-les-Bains (Isère). Ce sont 16 bureaux de vote, soit 17 000 électeurs inscrits, qui vont tester quatre modes de scrutin : le vote par note, le vote par approbation, le vote par classement partiel et élimination successive, et le vote par classement partiel et méthode Borda 4. Lors du premier tour, le 23 avril, et sur la base du volontariat, ces votes alternatifs se dérouleront dans les mêmes conditions que le vote officiel. Des questionnaires d’opinion seront distribués sur le terrain pour évaluer sur le vif ces initiatives. Une expérimentation en ligne est déjà disponible sur Voter autrement. Cette démarche vise à mieux comprendre les rouages démocratiques lors de prises de décisions collectives : elle n’a ni valeur de sondage ni d’influence sur le vote officiel, mais permet de tester les avantages et inconvénients des différents modes de scrutin. Les données recueillies seront en libre accès à la fin de la période électorale. Les équipes de recherche impliquées ont déjà mené des expériences similaires lors du premier tour des élections présidentielles de 2002, 2007 et 2012.
- En savoir plus




10/04/2017 - Le courant passe pour les céramiques à autodiagnostic

D’un mur porteur à une pièce de moteur d’avion, le même problème se pose : comment vérifier l’intégrité d’un matériau sans le détruire ? Des chercheurs du laboratoire MATEIS et des universités londoniennes Queen Mary et Imperial College ont développé des céramiques capables d’autodiagnostic, en s’inspirant de la nacre des coquillages. Renforcées contre les fissures, elles disposent également d’un réseau de graphène qui permet de détecter à tout moment un endommagement interne. Ces travaux sont publiés dans la revue Nature Communications.
- En savoir plus




07/04/2017 - La réponse du cerveau face aux individus dominants prédit le rapport aux inégalités sociales

Les êtres humains se divisent régulièrement à propos du maintien ou de l’accentuation des inégalités d’accès aux ressources élémentaires. Une équipe de l’Institut des sciences cognitives Marc Jeannerod, montre par IRM fonctionnelle que la réponse du cortex préfrontal antérieur droit des individus les plus enclins à légitimer ces hiérarchies de dominance sociale est exacerbée lorsque ces derniers sont exposés à des joueurs les ayant préalablement dominés au cours d’une tâche compétitive. Cette étude a été publiée le 5 avril 2017 dans la revue Scientific Reports.
- En savoir plus




02/04/2017 - Regarder les minéraux du manteau terrestre se transformer en temps réel

Grâce à la mise en œuvre d’un nouvel équipement expérimental, des chercheurs des laboratoires UMET, LGL-TPE (à Villeurbanne), IIT Kharagpur (Inde) et du synchrotron ESRF à Grenoble ont réussi pour la première fois à suivre - en temps réel, in situ et grain à grain - les changements de microstructure d’un échantillon d’olivine soumis aux pressions et températures élevées d’une plaque en subduction. Ce travail va permettre de mieux contraindre les propriétés mécaniques utilisées dans les modèles de dynamique du manteau et de la subduction.
- En savoir plus




02/04/2017 - Un nouveau mécanisme d’économie d’énergie chez les oiseaux face aux contraintes environnementales

Par opposition aux animaux ectothermes, dont la température corporelle suit celle du milieu extérieur, les animaux endothermes (mammifères et oiseaux) maintiennent leur température corporelle à des valeurs élevées grâce à une forte production de chaleur interne. Cette thermorégulation s’avère toutefois très coûteuse énergétiquement, ce qui explique pourquoi les oiseaux et mammifères peuvent connaître dans certains cas des variations de leur température interne, phénomène appelé « hétérothermie ». Si la régulation de la température interne à l’échelle de la saison (rythme infradien : hibernation par exemple) ou de 24 heures (rythme circadien : sommeil par exemple) est bien connue, il n’en va pas de même de la thermorégulation ultradienne - à l’échelle de l’heure -, laquelle reste peu étudiée. C’est sur celle-ci que s’est penchée une équipe du LEHNA. Les résultats de l’étude, publiés dans la revue Proceeding of the Royal Society B, montrent que les oiseaux exposés à des stress multiples (froid et jeûne alimentaire) réduisent les variations ultradiennes de leur température corporelle. Ce phénomène jusqu’alors inconnu permettrait aux oiseaux acclimatés au froid de réduire le coût énergétique de la thermorégulation en période de fortes contraintes environnementales.
- En savoir plus




17/03/2017- Les mammifères vivent en majorité plus longtemps en captivité

Il est couramment admis que les animaux vivent plus longtemps en captivité qu’à l’état sauvage. Famine, conditions climatiques extrêmes, prédation et compétition intra- et interspécifiques… les risques de mortalité prématurée dans la nature sont élevés. Pour autant, les rares études menées jusqu’à présent ne permettaient qu’une vision parcellaire, car elles se concentraient sur une espèce en particulier. Les récents travaux d’une équipe européenne composée de plusieurs chercheurs CNRS du LBBE, publiés dans la revue Scientific Reports, sont les premiers réalisés à large échelle. Portant sur 59 espèces de mammifères répartis en 8 ordres (Artiodactyles, Périssodactyles, Carnivores, Primates, Lagomorphes, Rongeurs, Diprotodontes et Scandentiens), ils viennent confirmer que l’espérance de vie est supérieure en zoo pour 84 % des espèces de mammifères étudiées.
- En savoir plus




13/03/2017 - La pollution sonore générée par le trafic routier affecte l’état sanitaire des animaux

Depuis le début des années 2000, de nombreuses études démontrent les conséquences de la pollution sonore générée par le trafic routier sur la biodiversité. Leur intérêt pour ce type de perturbation est assez récent, alors que l’on sait depuis longtemps que l’exposition sonore influence fortement la santé humaine et qu’en France la première loi relative à la lutte contre le bruit date du 31 décembre 1992. Pour autant, la quasi-totalité de ces études s’est focalisée sur les effets néfastes des nuisances sonores sur la communication acoustique, et donc sur les espèces animales utilisant les signaux sonores pour interagir. Si le "brouillage" de cette communication peut être lourd de conséquences pour l’espèce concernée (en termes de reproduction, etc.), une récente étude menée sur la Rainette verte par les chercheurs du LEHNA, publiée dans la revue Conservation Biology, vient de prouver que c’est plus largement l’état sanitaire des animaux qui est affecté par les perturbations sonores.
- En savoir plus




13/03/2017 - Les secrets de l’assemblage du "bon" collagène dévoilés

Les équipes de Catherine Moali au LBTI et de Nushin Aghajari au laboratoire MMSB explicitent le mécanisme d’assemblage de la "bonne" forme de la protéine la plus abondante chez l’homme, le collagène de type I. Cette étude a été publiée le 10 mars 2017 dans la revue Nature Communications.
- En savoir plus




13/03/2017 - De nouveaux matériaux moléculaires magnétiques à mémoire

Aller vers des molécules magnétiques multifonctionnelles et commutables pour des dispositifs à mémoire miniatures est le but que cherchent à atteindre de nombreux scientifiques. Pour y parvenir, des chercheurs du LMI ont assemblé des métaux et des radicaux libres qui portent tous des moments magnétiques. Ils espèrent ainsi pouvoir faire varier les propriétés magnétiques en intervenant soit sur le magnétisme des radicaux, soit sur celui des métaux. Ce résultat qui élargit le champ des possibles pour l’élaboration de matériaux moléculaires magnétiques commutables est publié dans Journal of the American Chemical Society.
- En savoir plus




08/03/2017 - La plateforme interactive Europeana Radio donne accès aux trésors audio de l’Europe

Lancée par Europeana Sounds et la Fondation Europeana, la plateforme Europeana Radio est disponible en ligne depuis le 12 janvier 2017. Europeana Radio propose une écoute interactive qui permet aux auditeurs tout à la fois de partir à la découverte des trésors audio de l’Europe et de rejoindre une production participative à l’échelle du continent en “taguant” les genres musicaux des enregistrements. Europeana Sounds — projet européen de trois ans — connecte les archives sonores de l’Europe. Il s’agit d’un partenariat entre 24 bibliothèques nationales, institutions du son, centres de recherches et universités de douze pays européens, dont le LARHRA.
- En savoir plus




08/03/2017 - Comment a été généré le champ magnétique des premiers âges de la Terre ?

S’il est bien établi que le champ magnétique terrestre est maintenu par la convection de la partie liquide du noyau terrestre, son apparition dès les premiers instants de la Terre reste une question ouverte. De nouvelles expériences à hautes pressions et températures, ainsi que des modèles théoriques, ont permis à une équipe de chercheurs du Earth life science institute (ELSI, Tokyo), de l’IMPMC (Paris) et du LGL de mieux comprendre la chimie du noyau terrestre actuel. Ces résultats leur ont permis de proposer un mécanisme permettant d’expliquer la génération du champ magnétique terrestre, il y a plus de 4 milliards d’années.
- En savoir plus




06/03/2017 - Ça chauffe dans les fractures !

En analysant expérimentalement et théoriquement l’avancée d’une déchirure dans une feuille de papier, des physiciens du Laboratoire de physique et de l’IPGS (Strasbourg) viennent pour la première fois d’effectuer un bilan d’énergie complet des phénomènes mis en jeu. Ils ont notamment déterminé la proportion de l’énergie mécanique de fracture transformée en chaleur, de l’ordre d’une douzaine de pour cent. Ce travail est publié dans la revue Soft Matter.
- En savoir plus




03/03/2017 - Infertilité masculine, de nouvelles causes moléculaires ?

Les acides biliaires ont été récemment impliqués dans la régulation de la physiologie testiculaire et reconnus comme responsables de cas d’infertilité. Grâce à l’utilisation de modèles murins et d’approches pharmacologiques, l’équipe de David Volle au laboratoire GReD, révèle la présence inattendue de voies alternatives d’action des acides biliaires au sein du testicule. Cette étude a été publiée le 9 février 2017 dans la revue Scientific Reports.
- En savoir plus




01/03/2017 - Contrôle de l’absorption lumineuse d’une nanosphère d’or assistée par une nanosphère d’argent

La présence d’une nanosphère d’argent au voisinage d’une nanoparticule d’or influence drastiquement la réponse de celle-ci, et ainsi son échauffement suite à une illumination laser. Il s’agit d’une manifestation expérimentale de l’effet Fano au sein d’une nanostructure métallique. Cette découverte de physiciens de l’iLM, en collaboration avec une équipe espagnole, sont publiés dans la revue Nano Letters.
- En savoir plus




01/03/2017 - L’embryologie comparée ressuscitée par les nouvelles techniques de séquençage

Des chercheuses du LBMC de l’ENS de Lyon, démontrent que la comparaison des transcriptomes permet de réconcilier l’analyse moléculaire des réseaux de gènes et l’observation histologique de l’embryologie classique. En fournissant des informations sur la régulation des gènes et l’abondance relative des types cellulaires dans les organes comparés, cette nouvelle approche permet de comprendre comment des profils de régulation génique très similaires peuvent conduire à des morphologies finales très différentes. Cette étude a été publiée le 15 février 2017 dans la revue Genome Biology.
- En savoir plus




23/02/2017 - L’étonnant pouvoir du système perceptif humain à traiter les scènes d’interaction sociale

Dans une scène comportant plusieurs objets, le système visuel humain privilégie le traitement des corps humains. Mais comment le système visuel traite-t-il une scène dans laquelle plusieurs personnes sont présentes ? Des chercheurs, notamment des membres de l’ISC Marc Jeannerod, montrent que le traitement des groupes de personnes dépend de leur positionnement. En effet, le système visuel privilégie un couple de personnes qui se font face, comme si elles interagissaient, par rapport à deux personnes n’interagissant pas. Le positionnement relatif des individus dans une foule pourrait ainsi constituer un moyen puissant d’analyser la scène et de sélectionner les parties pertinentes, très probablement celles dans lesquelles un échange ou un événement social se produit. Cette étude a été publiée le 1er janvier 2017 dans la revue Psychological Science.
- En savoir plus




17/02/2017 - IMOTEP : des moteurs plus propres pour construire les véhicules de demain

Porté par le Groupe HEF, au sein d’un consortium constitué du Laboratoire Hubert Curien, du LTDS, de l’Equipex Manutech-USD et de nombreux grands industriels, IMOTEP est un programme scientifique, technologique et industriel ambitieux qui apportera des innovations majeures pour les moteurs propres, en menant des recherches sur les revêtements et la texturation des surfaces. Dans un contexte sociétal d’urgence écologique et de recherche de solutions concrètes pour réussir la transition énergétique, l’ensemble de ces partenaires du territoire Lyon Saint-Etienne travailleront ensemble sur un projet de 5 ans, pour mettre en synergie recherche de pointe et production du futur.
- En savoir plus




16/02/2017 - Une biodiversité inattendue après la plus importante extinction de tous les temps

À la fin de l’ère primaire, il y a 252 millions d’années, la plus importante extinction connue par la Terre rayait de la carte 90 % des espèces alors existantes. On considère habituellement que les cinq premiers millions d’années suivant cette crise furent caractérisés par une biodiversité extrêmement faible. Cependant, un nouveau gisement paléontologique situé près de la ville de Paris dans l’Idaho (États-Unis) lève le voile sur une diversité d’êtres vivants aussi spectaculaire qu’inattendue moins de 1,5 million d’années après la crise, questionnant la validité d’un tel scénario. Publiée le 15 février dans la revue Science Advances, cette découverte a été réalisée par une équipe pluridisciplinaire internationale (France, Etats-Unis, Suisse, Royaume-Uni, Suède et Luxembourg) coordonnée par Arnaud Brayard, chercheur CNRS au laboratoire Biogéosciences (Dijon) et impliquant cinq laboratoires français, dont le LMV, l’IGFL et le LEHNA.
- En savoir plus




09/02/2017 - EUROCHAMP-2020 : un réseau européen pour la simulation atmosphérique

Plus de soixante scientifiques (physiciens, chimistes, biologistes) de 10 pays européens, réunis à Paris, ont lancé en janvier dernier le réseau d’infrastructure EUROCHAMP-2020. Soutenu par le programme H-2020 et piloté par le CNRS, ce projet vise à la coordination des chambres de simulation atmosphérique en une infrastructure distribuée ouverte à l’ensemble de la communauté scientifique. A l’échelle française, cette infrastructure regroupe des chambres de simulation atmosphérique à Créteil, Orléans et Lyon (IRCELYON).
- En savoir plus




08/02/2017 - Des cristaux à luminescence multicolore : une approche cœur-coquille

Le contrôle précis de la morphologie d’un matériau, un cristal par exemple, peut parfois faire émerger des propriétés originales. Les cristaux de complexes de lanthanides récemment obtenus par une équipe du Laboratoire de chimie en sont un bel exemple. La structure singulière de ces derniers, de type cœur-coquille, a permis l’accès à une luminescence multicolore modulable par la longueur d’onde d’excitation. Réalisé en collaboration avec les équipes lyonnaises du Laboratoire C2P2, de l’IGFL et du LMI, ce travail vient de paraitre dans la revue Chemistry - A European Journal.
- En savoir plus




25/01/2017 - Une vibration acoustique inédite détectée grâce au couplage électromagnétique entre nanoparticules

Des physicien-ne-s viennent de caractériser le couplage mécanique entre des nanoparticules métalliques maintenues dans une matrice de polymère et d’identifier les modes vibratoires, individuels ou couplés, obtenus suivant la longueur d’onde de la lumière utilisée. Un nouveau mode de vibration des nanoparticules couplées a ainsi été mis en évidence, à très basse fréquence, résultat de l’hybridation de modes de vibration habituellement invisibles en spectroscopie Raman. Ces travaux, impliquant notamment l’ILM, sont publiés dans la revue Nano Letters.
- En savoir plus




17/01/2017 - Une imagerie par résonance magnétique 10’000 fois plus sensible

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) est l’un des plus puissants outils pour le diagnostic clinique, mais sa performance dépend de celle des agents de contraste. Les chercheurs du LBM (Paris), de l’EPFL et l’ISA, ont préparé une nouvelle génération d’agents de contraste, en augmentant leur sensibilité par un facteur de l’ordre de 10’000. Autre atout, ils présentent une très longue durée de vie et pourront donc être délivrés à distance. Ces résultats sont parus dans la revue Nature Communications.
- En savoir plus




11/01/2017 - Découverte des "pièges à poussières" spontanés. Un des chaînons manquants pour comprendre la formation des planètes

Comment les planètes se forment-elles ? Cette question est un enjeu majeur en astrophysique. Jusqu’alors, aucune théorie ne permettait d’y répondre dans son ensemble. Pourtant, une équipe internationale d’astrophysiciens menée par des chercheurs du CRAL a identifié un phénomène physique, la création spontanée de "pièges à poussières", qui permet enfin de lier entre elles les différentes étapes de la formation des planètes.
- En savoir plus

Haut de page

CNRS Rhône Auvergne
2 av. Albert Einstein
BP 61335
69609 Villeurbanne cedex
Tél : 04 72 44 56 00
Fax : 04 72 44 56 73

En savoir plus

Rechercher sur tous les sites du CNRS

Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site Intranet CNRS