Le CNRS
  Accueil > Medias > Communiqués de presse > Régionaux > ...

Régionaux

Nationaux

Archives

Communiqués 2017


15/12/2017 - Appel à propositions "Make our planet great again" : un chercheur du Colorado accueilli à Villeurbanne

Suite à la décision des États-Unis de sortir de l’Accord de Paris sur le climat, Emmanuel Macron a lancé en juin 2017 un appel aux acteurs du domaine pour rejoindre la France dans la lutte contre le réchauffement climatique. Dr Joost De Gouw, originaire de l’Université du Colorado, est l’un des dix-huit premiers chercheurs lauréats de l’appel "Make our planet great again". Il sera accueilli pour cinq ans à Villeurbanne au sein de l’IRCELYON. Ses travaux porteront sur des polluants atmosphériques et leurs effets sur le climat.
- En savoir plus




15/12/2017 - Appel à propositions "Make our planet great again" : une chercheuse du Colorado accueillie à Clermont-Ferrand

Suite à la décision des États-Unis de sortir de l’Accord de Paris sur le climat, Emmanuel Macron a lancé en juin 2017 un appel aux acteurs du domaine pour rejoindre la France dans la lutte contre le réchauffement climatique. Dix-huit chercheur.ses ont ainsi été sélectonné.es, dont Dr Barbara Ervens, originaire de l’Université du Colorado. Elle sera accueillie pour quatre ans à l’ICCF. Ses travaux porteront sur la modélisation des processus biologiques dans les nuages.
- En savoir plus




13/12/2017 - Financement européen important pour un projet de recherche clermontois sur l’atmosphère de l’hémisphère sud

L’European Research Council (ERC) a communiqué fin novembre la liste des bénéficiaires des bourses "ERC Consolidator" qui récompensent des chercheur.ses d’excellence ayant entre sept à douze ans d’expérience après l’obtention de leur thèse. A Clermont-Ferrand, le projet CNRS Sea2Cloud est lauréat. Il est porté par Karine Sellegri du LaMP, l’un des deux laboratoires de l’OPGC de Clermont-Ferrand. Il vise à comprendre comment les microorganismes océaniques influencent les propriétés nuageuses par leurs émissions.
- En savoir plus




29/11/2017 - L’instrument MUSE sonde les profondeurs inexplorées du champ ultra-profond de Hubble

Les astronomes utilisant l’instrument MUSE sur le Very Large Telescope (VLT) de l’ESO au Chili ont mesuré les distances et les propriétés de 1600 galaxies dont 72 nouvelles qui n’avaient jamais été détectées, même par le télescope spatial Hubble. Ce jeu de données révolutionnaire a donné lieu à dix articles scientifiques publiés dans un numéro spécial d’Astronomy & Astrophysics le 29 novembre 2017. La richesse exceptionnelle des informations fournies par MUSE donne aux astronomes, coordonnés par Roland Bacon, directeur de recherche du CNRS au CRAL, un aperçu de la formation des étoiles dans l’Univers primordial. Ces résultats permettront aussi d’étudier les mouvements et autres propriétés des galaxies primordiales. Ces travaux impliquent en France des chercheurs du CRAL (Lyon), de l’IRAP (Toulouse) et du laboratoire Lagrange (Nice).
- En savoir plus (communiqué de presse de l’ESO)




24/11/2017 - Plasticité des ribosomes : une nouvelle piste de thérapie ciblée pour combattre le cancer

L’équipe "Domaines nucléaires et pathologie" dirigée par Jean-Jacques Diaz, directeur de recherche Inserm au CRCL, vient de démontrer qu’un des composants essentiels de la "machinerie cellulaire" qui fabrique les protéines, le ribosome, est dénaturé dans les tumeurs. Les chercheurs observent en effet que ces ribosomes modifiés fonctionnent différemment dans les cellules cancéreuses et produisent préférentiellement des protéines favorisant la prolifération et la survie des cellules cancéreuses. Cette découverte ouvre de nouvelles perspectives pour le développement de thérapeutiques innovantes anti-cancéreuses, ciblant ces machineries anormales. Ces travaux sont publiés ce jour dans la revue PNAS.
- En savoir plus




14/11/2017 - Archéologie : un trésor médiéval découvert à l’Abbaye de Cluny

Mi-septembre, sur le site de l’Abbaye de Cluny (Saône-et-Loire), une découverte majeure a été réalisée dans le cadre d’une opération de fouille : plus de 2 200 deniers et oboles en argent, 21 dinars musulmans en or, un anneau sigillaire et d’autres éléments en or. C’est la première fois que ces deniers sont retrouvés en si grand nombre et qu’un tel trésor réunit, au sein d’un même ensemble clos, des monnaies arabes en or, des deniers d’argent et un anneau sigillaire. Les travaux ont été dirigés par Anne Baud, enseignante-chercheure à l’Université Lumière Lyon 2 et Anne Flammin, ingénieure CNRS, rattachées au laboratoire Archéologie et archéométrie. Ils ont été menés en collaboration avec une équipe de 9 étudiant.es de l’Université Lumière Lyon 2 et de membres de la MOM – Jean Pouilloux.
- En savoir plus




13/11/2017 - La plus longue piste de dinosaure sauropode du monde révélée

Suite à la découverte en 2009 des plus grandes empreintes de dinosaures du monde dans le massif du Jura, plusieurs campagnes de fouilles ont permis de dégager d’autres traces sur plus de 150 mètres de long. Le site de Plagne abrite ainsi aujourd’hui la plus longue piste de dinosaure sauropode du monde. La compilation et l’analyse des résultats de ces fouilles par des chercheurs du LGL, du LMV et du musée de la Plage aux ptérosaures, publiés dans la revue Geobios, concluent que ces empreintes ont été laissées par un dinosaure d’au moins 35 m de long et 35 tonnes, voilà 150 millions d’années.
- En savoir plus




30/10/2017 - PULSALYS et ARSKAN signent pour la réalité virtuelle professionnelle

PULSALYS, la Société d’accélération du transfert de technologies de Lyon Saint-Étienne annonce la signature d’une licence d’exploitation avec la startup ARSKAN créée début 2017. Fondée par Jean-Gabriel Grivé sur la base d’une technologie développée au sein du laboratoire LIRIS, ARSKAN propose ses services à travers une plate-forme de réalité virtuelle professionnelle.
- En savoir plus




20/10/2017 - Quand des punaises d’eau aident à mieux comprendre les processus évolutifs

Comment de nouvelles espèces émergent-elles et se diversifient-elles dans la nature ? Le processus de l’évolution par sélection naturelle explique cette diversification, mais les conditions génétiques et environnementales dictant ce mécanisme restent pourtant mal connues. L’équipe dirigée par Abderrahman Khila, directeur de recherche du CNRS à l’IGFL vient de découvrir comment des patineuses d’eau (les Rhagovelia) ont pu développer des structures en forme d’éventail à l’extrémité de leurs pattes pour remonter le courant des rivières, prouesse dont sont incapables d’autres espèces de punaises d’eau. Ils ont mis en évidence l’existence de deux gènes, jusqu’ici inconnus, et ont montré qu’ils sont justement à l’origine de l’apparition des éventails chez les Rhagovelia. Ces travaux sont publiés dans Science le 20 octobre 2017.
- En savoir plus




18/10/2017 - PULSALYS investit pour la création de la startup E-attract

PULSALYS, la Société d’Accélération du Transfert de Technologies de Lyon Saint-Etienne, a signé une licence exclusive avec la startup E-attract, dont elle devient actionnaire. E-attract, co-fondée par Pierre-Yves Nury, Pierre-Alexandre Kofron et Sylvie Esquieux développe des solutions web liées à la mobilité résidentielle des ménages afin de les aider dans leur choix de lieu d’habitation en accord avec leurs envies et leurs contraintes personnelles. L’entreprise s’appuie sur l’expertise du LAET.
- En savoir plus




16/10/2017 - Les ondes gravitationnelles font la première lumière sur la fusion d’étoiles à neutrons

C’est une découverte majeure à plus d’un titre. Les scientifiques de la collaboration LIGO-Virgo (dont le CNRS est membre) ont observé pour la première fois des ondes gravitationnelles émises lors de la fusion de deux étoiles à neutrons, et non de deux trous noirs comme dans les cas précédents. Autre première : cette source d’ondes gravitationnelles émet de la lumière, observée dans les heures, jours et semaines qui suivirent grâce à la contribution de 70 autres observatoires sur Terre et dans l’espace. Cet ensemble d’observations marque l’avènement d’une astronomie dite "multi-messagers". Une moisson de résultats en est issue : d’une solution à l’énigme des sursauts gamma et à celle de l’origine des éléments chimiques les plus lourds – comme le plomb, l’or ou le platine –, en passant par l’étude des propriétés des étoiles à neutrons ou par une mesure indépendante de la vitesse d’expansion de l’Univers. Une dizaine d’articles scientifiques publiés le 16 octobre 2017 détaillent ces différents aspects. Ils sont signés par de nombreux chercheurs de laboratoires du CNRS (plus de 200 pour l’une des publications), membres de la collaboration LIGO-Virgo ou de groupes d’astronomes partenaires. Cette découverte implique à Lyon le Laboratoire des matériaux avancés.
- En savoir plus




03/10/2017 - Vers de nouveaux capteurs de taille nanométrique

Des chercheurs du Laboratoire de chimie à Lyon et du LPS (Orsay) ont réussi à synthétiser des assemblages de nanoparticules d’un nouveau genre. Potentiellement capables de réagir à différents stimuli avec une réponse optique forte, ils permettent d’imaginer de nouveaux capteurs. Ces travaux viennent d’être publiés dans la revue Science Advances.
- En savoir plus




03/10/2017 - Il n’existe que 15 pavages pentagonaux possibles

Recouvrir une surface plane avec un motif unique est un problème mathématique qui intéresse l’Homme depuis l’Antiquité, notamment pour la qualité esthétique des pavages, comme les mosaïques et les carrelages. L’un des problèmes encore ouvert dans ce domaine, qui questionne la communauté scientifique depuis 1918, est aujourd’hui définitivement clos grâce à Michaël Rao du LIP : en utilisant des outils informatiques, il a démontré que pour des motifs à cinq côtés, seules 15 formes sont possibles pour recouvrir une surface plane. Ces travaux sont aujourd’hui disponibles sur le site Arxiv.org.
- En savoir plus




28/09/2017 - Ondes gravitationnelles : première détection conjointe LIGO-Virgo

Les scientifiques des collaborations LIGO et Virgo ont observé, pour la première fois avec trois détecteurs, des ondes gravitationnelles émises lors de la fusion de deux trous noirs. Ce résultat confirme le bon fonctionnement de l’instrument Advanced Virgo, qui s’est joint aux observations des deux détecteurs LIGO le 1er août et dont c’est la première détection. Il ouvre la voie à une localisation bien plus précise des sources d’ondes gravitationnelles. Cette première fait l’objet d’une publication de la collaboration internationale exploitant les trois détecteurs, qui comprend des équipes du CNRS, dont le LMA, à paraitre dans la revue Physical Review Letters. Elle sera exposée lors d’un point presse en marge de la réunion du G7-science à Turin.
- En savoir plus




18/09/2017 - Des preuves d’incendies datant de l’ère glaciaire retrouvées au coeur des Alpes

Si les incendies de végétation sont communs en été sous les latitudes tropicales ou méditerranéennes, il est inattendu de découvrir des preuves d’incendies en haute montagne et de surcroît à une époque glaciaire. Cependant, de telles preuves ont été découvertes dans le massif du Queyras (Alpes, France) à 2 240 m d’altitude. Une étude internationale conduite par Christopher Carcaillet, directeur d’études EPHE au LEHNA et Olivier Blarquez (Université de Montréal) a permis de reconstruire la fréquence des feux de végétation et la composition des boisements durant les derniers 20 000 ans, incluant le dernier maximum glaciaire. Cette étude apporte la preuve d’un refuge glaciaire d’arbres, soit un lieu isolé où les arbres ont survécu en population restreinte sous conditions extrêmes, qui a été sujet à des incendies. Elle permet ainsi une analyse qui décompose les interactions de long terme entre les feux, la végétation et le climat. Cette découverte a été publiée en ligne le 14 août 2017 dans la revue internationale New Phytologist.
- En savoir plus




12/09/2017 - ERC Starting Grant : financement de quatre projets scientifiques d’excellence portés par le CNRS en Rhône Auvergne

L’European Research Council a communiqué la semaine dernière la liste des bénéficiaires des bourses "ERC Starting grant" destinées aux projets exploratoires portés par de jeunes scientifiques. Quatre chercheur-ses du CNRS en Rhône Auvergne font partie du palmarès.
- En savoir plus




01/09/2017 - Le microbiote des larves de moustiques joue un rôle dans la capacité des insectes adultes à transmettre des pathogènes humains

Des chercheurs de l’Institut Pasteur et du CNRS, en collaboration avec des équipes de l’IRD, de l’Université Claude Bernard Lyon 1* et du CIRMF au Gabon, viennent de démontrer que l’exposition à différentes bactéries au cours du développement des larves de moustiques (Aedes aegypti) se répercute sur leur aptitude à devenir vecteurs d’arbovirus au stade adulte. Ces résultats apportent la première preuve empirique que le microbiote larvaire peut influencer l’aptitude d’un moustique adulte à transmettre des pathogènes humains. Cette étude, publiée dans le journal scientifique Science Advances le 16 août 2017, représente une étape importante vers une meilleure connaissance du rôle joué par l’environnement dans le risque de maladies à transmission vectorielle. A Lyon, ces travaux impliquent le LEM.
- En savoir plus




25/08/2017 - Réchauffement climatique : le CO2 atmosphérique n’a pas toujours été le coupable

Le CO2 atmosphérique est le facteur principal du réchauffement climatique actuel. Mais ce forçage opère-t-il à toutes les échelles de temps ? Une équipe de chercheurs du LGL TPE a montré que si le CO2 atmosphérique est un moteur majeur des variations de température à l’échelle du millier ou de la dizaine de milliers d’années, il n’en est pas de même à l’échelle du million d’années durant le Crétacé (-145 à -66 millions d’années). L’article vient d’être publié dans la revue Scientific Reports.
Vignette d’illustration : vue microscopique d’une cuticule du conifère fossile utilisé pour reconstituer la concentration en CO2 atmosphérique au Crétacé. Crédit : A. Barral.
- En savoir plus




21/08/2017 - Les éléphants de mer mémorisent et reconnaissent les rythmes sonores

Si les êtres humains retiennent facilement des sons rythmiques, cette capacité semble rare chez les autres mammifères. Cependant, les éléphants de mer mémorisent le rythme et le timbre de la voix de leurs rivaux d’après une étude menée par une équipe de recherche internationale impliquant Isabelle Charrier (CNRS) et Nicolas Mathevon (Université Jean Monnet Saint-Etienne & Institut Universitaire de France), chercheur·ses à l’Institut des neurosciences Paris-Saclay (CNRS/Université Paris-Sud). Ce premier exemple de l’utilisation du rythme sonore par un mammifère pour reconnaître la voix d’un congénère a été publié fin juillet 2017 dans la revue internationale Current Biology.
- En savoir plus




16/08/2017 - De mère en filles, les cellules neuronales se souviennent de leurs anciennes formes

Suivre les plis d’une cocotte en papier pour en construire une nouvelle à l’identique ne s’applique pas uniquement à l’origami mais également à certains de nos neurones... C’est ce que démontrent des chercheurs de l’Institut neuromyogène dans un article publié le 16 août 2017 dans la revue Neuron.
- En savoir plus




18/07/2017 - Nos ancêtres ont eu le sang chaud juste avant l’extinction du Permien-Trias

Depuis quand a-t-on le sang chaud ? L’âge d’apparition de ce caractère chez les ancêtres des mammifères était jusque-là débattu. Des analyses isotopiques ont été menées sur 90 fossiles au sein d’une collaboration internationale impliquant notamment le LGL-TPE. Les chercheurs ont montré que les espèces à sang chaud sont apparues dans notre lignée au cours du Permien supérieur, il y a 252 à 259 millions d’années. Ce caractère nouveau aurait d’ailleurs favorisé leur survie lors de l’extinction du Permien-Trias, il y a 252 millions d’années. Ces travaux sont publiés le 18 juillet dans la revue eLife.
- En savoir plus




06/07/2017 - Première découverte d’une exoplanète pour Sphère

Installé depuis 2014 sur le Très grand télescope (VLT) de l’ESO au Chili, l’instrument européen Sphère vient d’obtenir pour la première fois le cliché d’une exoplanète grâce à des méthodes de détection directe. D’une masse de 6 à 12 fois celle de Jupiter, HIP65426b est une planète jeune et massive qui orbite autour d’une étoile brillante à rotation rapide, située dans l’association d’étoiles du Scorpion-Centaure. Cette découverte soulève de nouvelles interrogations sur la formation des systèmes extrasolaires. Réalisée par une équipe internationale impliquant notamment le CRAL, elle paraîtra prochainement dans la revue Astronomy & Astrophysics.
- En savoir plus




05/07/2017 - Infectiologie : bilan et perspectives de la Fondation FINOVI après dix ans d’activité

La Fondation innovations en infectiologie FINOVI, dont le CNRS est membre fondateur, célèbre ses dix ans le 6 juillet par un cycle de conférences, qui dresse le bilan de ses activités et ouvre de nouvelles perspectives d’innovations scientifiques.
- En savoir plus




04/07/2017 - Un nouveau composé énergétique pour la propulsion spatiale plus vert et plus performant

Le laboratoire Hydrazines et composés énergétiques polyazotés, en collaboration avec la Faculté de Pharmacie de l’Université Lyon 1, mène depuis plusieurs années une étude sur le développement de nouveaux carburants pour les systèmes propulsifs (fusée, satellite, sonde…). Des résultats aux applications prometteuses en propulsion spatiale viennent d’être publiés dans la revue Chemistry - A European Journal.
- En savoir plus




29/06/2017 - Des dinosaures parents-poules

Une méthode inédite d’analyse géochimique d’œufs fossilisés provenant de Chine a montré que les oviraptorosaures couvaient leurs œufs avec leurs corps, à l’instar des oiseaux d’aujourd’hui, et en les maintenant à une température comprise entre 35°C et 40°C. Ce résultat est le fruit d’une collaboration franco-chinoise coordonnée par Romain Amiot du LGL (OSUL). L’article est publié dans la revue Palaeontology disponible en ligne le 28 juin 2017.
- En savoir plus




06/06/2017 - Un partenariat public-privé au service du forage pétrolier et géothermique

La société DrillScan et le laboratoire LaMCoS inaugurent le laboratoire commun DrilLab le 8 juin 2017 à Villeurbanne. Soutenu financièrement par l’ANR pour une période de trois ans, il rassemble les deux partenaires autour du développement d’un logiciel de simulation novateur pour le forage pétrolier et géothermique.
- En savoir plus




01/06/2017 - Le calcium des dents révèle ses secrets

Deux études basées sur l’analyse des isotopes du calcium des dents viennent d’apporter de nouvelles données aussi bien sur l’extinction des reptiles marins que sur l’estimation de l’âge au sevrage chez l’Homme. Ces recherches, menées par des chercheurs du CNRS, de l’ENS de Lyon et de l’Université Claude Bernard Lyon 1, et notamment des membres du LGL et de l’IGFL, ont été publiées respectivement les 25 et 30 mai 2017 dans Current Biology et PNAS. Elles offrent de nouvelles perspectives pour la recherche en anthropologie et en paléontologie.
- En savoir plus




23/05/2017 - Un laboratoire commun pour modéliser les matériaux du futur

Le groupe Michelin et l’ICCF créent le laboratoire commun de recherche public-privé, SimatLab, dédié à la modélisation des matériaux polymères. Pour accélérer la conception de nouveaux matériaux, il est fondamental de savoir les modéliser et simuler leurs comportements. C’est le sujet de recherche de SimatLab dont l’objectif est d’établir une approche multiéchelle, de l’atome jusqu’au macroscopique, qui permettra d’interpréter les propriétés des matériaux polymères à partir de leur structure et de leur comportement à l’échelle atomique.
- En savoir plus
© Pierre Chambon




22/05/2017 - Du contexte au cortex : à la découverte des neurones sociaux

L’existence de nouveaux neurones sociaux vient d’être mise en évidence par des chercheurs de l’INS (Marseille), du LAPSCO à Clermont-Ferrand et de l’INT (Marseille). Ces recherches menées chez le singe ont montré que lorsque l’animal est amené à réaliser une tâche, des neurones différents s’activent selon la présence ou non d’un congénère. Ces résultats, publiés dans la revue Social Cognitive and Affective Neuroscience, améliorent notre compréhension du cerveau social et permettent de mieux comprendre le phénomène de facilitation sociale.
- En savoir plus




04/04/2017 - Ma thèse en 180 secondes : finale clermontoise le 12 avril 2017

Le 12 avril à 17h, venez assister à la finale régionale du concours international « Ma Thèse en 180 secondes » (MT180). Réunis dans l’amphithéâtre de l’École Universitaire de Management dans le centre-ville de Clermont-Ferrand, nos huit doctorant.e.s auront chacun 3 minutes pour convaincre ! A la clé : représenter l’Auvergne à la finale nationale, et pourquoi pas la France lors de la finale francophone internationale. Porté à l’échelle nationale par le CNRS et la Conférence des Présidents d’Université (CPU), le concours est organisé localement par le Collège des Écoles Doctorales, l’Université Clermont Auvergne et Associés et le CNRS Rhône Auvergne.
- En savoir plus




02/04/2017 - Pour se reproduire, il faut bien manger !

Tous les vertébrés utilisent des molécules semblables, les stéroïdes, comme hormones sexuelles femelles (œstrogènes, progestérone) ou mâles (androgènes). Mais d’où viennent ces hormones ? Comment se sont-elles mises en place au cours de l’évolution ? En étudiant l’évolution du couple hormone et récepteurs des stéroïdes, l’équipe de Vincent Laudet à l’IGFL, associée à l’équipe de Guillaume Lecointre à l’ISYEB et à d’autres équipes françaises, révèle un couplage profond entre nutrition et reproduction. En effet en ressuscitant le couple hormone/récepteur de l’ancêtre des premiers vertébrés, les chercheurs démontrent que les hormones stéroïdes sont en fait des produits de dégradation du cholestérol. Cela renforce de nombreuses observations montrant que la reproduction ne peut se produire que si une nutrition suffisante est assurée.
- En savoir plus




08/03/2017 - Des lycéens plongent dans la physique des particules

Un programme mondial ouvre une fenêtre sur la physique de pointe à de jeunes investigateurs. Durant les semaines qui viennent des lycéens venant de toutes les parties du monde sont invités par des universités et des instituts de recherche proches de chez eux à un programme d’une journée pour faire l’expérience de la vie à la pointe de la recherche. Ces journées de Masterclass internationale donnent aux élèves l’opportunité d’être un physicien des particules pendant un jour. Pendant une Masterclass, les participants utilisent les données des expériences du grand collisionneur de proton, le LHC, sous la supervision de physiciens. Les Masterclasses de cette année ont lieu du 1er mars au 11 avril et rassemblent des élèves de 52 pays dans le monde.
- À Lyon-Villeurbanne, elles impliquent l’IPNL.
- À Clermont-Ferrand, elles impliquent le LPC.




07/03/2017 - Le cerveau, organe en perpétuel mouvement…

Chaque année au mois de mars, une trentaine de villes en France et une soixantaine de pays à travers le monde font appel à des professionnels des neurosciences pour présenter cet organe qui nous fascine et nous questionne tous : le cerveau ! À l’image des neurosciences : domaine en pleine expansion et en perpétuel mouvement, la Semaine du Cerveau se réinvente et innove pour sa 19ème édition, afin de présenter l’actualité de la recherche qui se créée chaque jour au sein même des laboratoires.
- En savoir plus




03/03/2017 - Le CNRS lance sa Journée de l’Innovation, un rendez-vous pour découvrir la recherche partenariale public/privé

La recherche scientifique publique est un vivier d’innovations qui nourrissent de manière considérable le dynamisme du territoire. Avec sa Journée de l’Innovation, le CNRS lève le voile sur cette capacité de transfert technologique et sur les modalités de collaborations possibles à l’interface privé/public.
- En savoir plus




02/03/2017 - Nouveau laboratoire public/privé : vers les polymères du futur

La société Activation et le laboratoire C2P2 créent le Laboratoire Commun LISIP. Soutenu financièrement par l’ANR pour une période de trois ans, il rassemble les deux partenaires autour du développement de méthodes innovantes pour la production de polyoléfines par procédés catalytiques.
- En savoir plus




24/02/2017 - D’où viennent les fleurs ? L’"abominable mystère de Darwin" s’éclaircit

Le mystère de l’origine des plantes à fleurs est en partie levé grâce à une équipe du Laboratoire de physiologie cellulaire et végétale, en collaboration avec le laboratoire RDP et les Jardins de Kew (Royaume-Uni). Leur découverte, publiée dans la revue New Phytologist, le 24 février 2017, nous éclaire sur une question ayant beaucoup intrigué Darwin : l’apparition d’une structure aussi complexe que la fleur au cours de l’évolution.
- En savoir plus




23/02/2017- "Not Like Dad" : découverte d’un gène majeur pour la sélection végétale

Depuis des décennies, les sélectionneurs de maïs exploitent un phénomène unique dans le monde végétal. Le pollen d’une plante dite "inductrice" déclenche, une fois déposé sur l’épi d’une autre plante le développement d’une descendance qui ne porte que les caractères de la mère. Les chercheurs de l’Inra, en collaboration avec le CNRS, l’ENS de Lyon, l’Université Claude Bernard Lyon 1 et Limagrain, ont découvert le gène responsable de ce phénomène et l’ont baptisé "Not Like Dad" (en français "pas comme papa"), puisque l’information génétique du père ne se retrouve pas dans la descendance. Ces résultats, fruits de 8 années de recherche et publiés dans la revue EMBO Journal le 22 février 2017, ouvrent notamment des perspectives importantes dans la compréhension de la fécondation des plantes et dans le transfert de cet outil de sélection vers d’autres espèces cultivées.
- En savoir plus




13/02/2017 - Blockchain et calcul distribué au service de la réduction de l’empreinte environnementale

L’équipe de recherche Avalon, commune à Inria, au CNRS, à l’ENS de Lyon et à l’Université Claude Bernard Lyon 1, vient de démontrer, en collaboration avec la start-up Stimergy, que la technologie blockchain peut contribuer à la réalisation d’une place de marché distribuée dans laquelle différents acteurs peuvent mettre à disposition leurs
ressources informatiques — serveurs, jeux de données, applications — formant ainsi
un "Cloud distribué". Ce projet ouvre notamment des perspectives dans le domaine
de l’optimisation de l’utilisation des data-centers avec une réduction de leur empreinte
environnementale.
- En savoir plus




10/02/2017 - Trois laboratoires de recherche universitaires clermontois et le groupe Michelin créent un laboratoire commun de R&D, FactoLab

L’Institut Pascal, le LAPSCO et le LIMOS s’associent au groupe Michelin pour créer FactoLab, un laboratoire public/privé dédié à l’industrie du futur. FactoLab met en oeuvre un programme de recherche et développement à moyen et long terme sur la coopération homme-machine, notamment dans les domaines de la cobotique et des nouvelles technologies numériques. Initié avec les acteurs du LabEx IMobS3, le laboratoire commun est contractualisé par le CNRS, l’Université Clermont Auvergne et l’école d’ingénieurs SIGMA Clermont.
- En savoir plus




31/01/2017 - Poussée par un vide, notre galaxie surfe à plus de 2 millions de km/h

Une équipe internationale, impliquant le CEA, l’Université Claude Bernard Lyon 1 et le CNRS, a découvert la raison du déplacement de notre galaxie à 630 km/s : le Dipole Repeller. Ce résultat, à paraitre le 30 janvier 2017, apporte une réponse à une énigme de plus de 40 ans pour les astrophysiciens et a été sélectionné par Nature Astronomy, la toute nouvelle revue du groupe Nature consacrée aux sciences de l’Univers.
- En savoir plus




23/01/2017 - FIL : la nouvelle fédération d’informatique de Lyon

Inaugurée le 24 janvier 2017, la Fédération Informatique de Lyon (FIL) a pour mission d’animer l’importante communauté scientifique de l’agglomération afin d’impulser une meilleure dynamique de projets et une politique concertée. Elle compte trois laboratoires de rayonnement scientifique international, sous la tutelle de neuf établissements d’enseignement supérieur ou de recherche. Au-delà de leur aspect fondamental, les sciences informatiques lyonnaises alimentent des projets à forts enjeux économiques, territoriaux ou sociétaux. Elles contribuent de manière conséquente à la signature scientifique de l’Université de Lyon.
- En savoir plus




19/01/2017 - Première spectroscopie de 110Zr : ni une sphère, ni une pyramide... mais un ellipsoïde !

Une équipe internationale, conduite par le CEA et ses partenaires de l’institut de recherche japonais RIKEN, a pu déterminer expérimentalement la structure d’un noyau de zirconium très riche en neutrons (110Zr), une première qui remet en cause les théories employées jusque-là. Produit par l’accélérateur japonais RIBF et analysé grâce au détecteur MINOS, ce noyau lourd s’avère plus déformé que ce que les modélisations prévoyaient. Ces travaux, menés en collaboration avec le CNRS et les Universités de Lyon et de Paris-Sud et impliquant notamment l’IPNL, sont publiés le 18 janvier dans Physical Review Letters et font l’objet d’une suggestion de l’éditeur.
- En savoir plus




13/01/2017 - Découverte des "pièges à poussières" spontanés. Un des chaînons manquants pour comprendre la formation des planètes

Comment les planètes se forment-elles ? Cette question est un enjeu majeur en astrophysique. Jusqu’alors, aucune théorie ne permettait d’y répondre dans son ensemble. Pourtant, une équipe internationale d’astrophysiciens menée par des chercheurs du CRAL a identifié un phénomène physique, la création spontanée de "pièges à poussières", qui permet enfin de lier entre elles les différentes étapes de la formation des planètes.
- En savoir plus




12/01/2017 - Pourquoi parlons-nous "bébé" aux chiens ?

Lorsque nous parlons amicalement à un chien, nous changeons d’intonation comme s’il s’agissait d’un bébé humain. Quelles sont les causes de ce changement ? Le visage attendrissant d’un chiot pourrait expliquer notre comportement, cependant une étude vient de montrer que nous continuons de parler “bébé” à des chiens adultes. De plus, alors que les chiots sont très réactifs au “parler bébé”, les chiens plus âgés n’y prêtent pas plus attention qu’au langage normal. Ces résultats, auxquels ont contribués des chercheurs de l’Institut des neurosciences Paris-Saclay basés à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne, sont publiés dans la revue Proceedings of the Royal Society B. Ils suggèrent que le “parler bébé” est utilisé pour interagir avec un être vivant ne maîtrisant pas la parole. Si nous parlons ainsi à notre chien, c’est parce que nous aimerions qu’un jour il nous réponde… en parlant !
- En savoir plus

Haut de page

CNRS Rhône Auvergne
2 av. Albert Einstein
BP 61335
69609 Villeurbanne cedex
Tél : 04 72 44 56 00
Fax : 04 72 44 56 73

En savoir plus

Rechercher sur tous les sites du CNRS

Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site Intranet CNRS