Le CNRS
  Accueil > Laboratoires > Distinctions CNRS > Distinctions et prix > ...

Cérémonie du 27 janvier 2004 - Christian Seassal et André Dittmar


Cérémonie du 27 janvier 2004

Remise de la médaille de Bronze à Christian Seassal et du Cristal du CNRS à André Dittmar

En présence d’Antoine Petit, directeur du Département des sciences et technologies de l’information et de la communication, Véronique Debisschop, déléguée régionale du CNRS Rhône-Alpes, André Dittmar, ingénieur de recherche au LPM (UMR5511), Christian Seassal, chercheur au LEOM (UMR5512), Guy Hollinger, directeur du LEOM et Gérard Guillot, directeur du LPM (de gauche à droite)

C’est devant une assemblée très STIC qu’Antoine Petit, directeur du département des sciences de l’information et de la communication du CNRS, a remis à Christian Seassal et à André Dittmar respectivement la médaille de bronze et le prix CRISTAL du CNRS.

Dans une ambiance à la fois sérieuse et décontractée, les deux récipiendaires ont pu présenter leurs travaux, prometteurs pour le premier, couronnant une longue carrière pour le second.

Pour l’un comme pour l’autre, on ne peut que souhaiter pour l’avenir de belles réalisations et de grands projets.




Christian Seassal, médaille de Bronze

Au cœur des avancées scientifiques, déjà conséquentes, à porter au crédit du Laboratoire d’électronique, opto-électrique et microsystèmes de l’École centrale de Lyon (LEOM-UMR5512), Christian Seassal, physicien, voue ses efforts à l’étude des « cristaux photoniques bidimensionnels réalisés sur membranes ». Domaine au sein duquel son travail consiste à « concevoir et à mettre au point des outils expérimentaux permettant d’étudier des structures capables de contrôler les propriétés des photons, d’interdire leur propagation ou de les stocker ».

Une démarche « encore amont », qui vise à explorer et à contrôler l’interaction lumière-matière (contrôle de l’émission spontanée, émission laser, effets non linéaires), puis à favoriser l’apparition, dans la décennie à venir, de « composants photoniques très fortement miniaturisés à la base de nouveaux circuits intégrés utilisables, par exemple, dans les télécommunications ou les interconnections optiques à l’usage de la micro-électronique ».




André Dittmar, Cristal du CNRS

Depuis trente-huit ans, André Dittmar, ingénieur de recherche, n’a qu’une philosophie : la pluridisciplinarité.
Dès son entrée au CNRS en 1965, il rejoint le Laboratoire de physiologie de la faculté de médecine de Lyon puis passe une thèse d’Etat en biologie humaine et neurophysiologie. Il crée son équipe « Microcapteurs microsystèmes biomédicaux ». Depuis, ce passionné ne compte plus les capteurs miniaturisés, systèmes invasifs ou non, qui ont vu le jour et donné lieu à publications. Et « n’en déplaise à ceux qui contribuent à dissocier noble recherche et valorisation », André Dittmar revendique aussi la quinzaine de brevets déposés au long de sa carrière et les trois entreprises démarrées grâce à ses travaux (Dermscan, Ergopro, Saphir Medical).
Depuis 1995, avec son équipe, il a intégré le Laboratoire de physique de la matière de l’INSA de Lyon (LPM-UMR5511), notamment « pour bénéficier des avancées de l’électronique et des nouvelles technologies ». Les collaborations avec de grands groupes internationaux (L’Oréal, Renault, Danone, etc.) se sont multipliées et les champs d’application de ses recherches élargis.

André Dittmar oriente désormais ses travaux vers les capteurs intelligents et la médecine citoyenne, coordonne des projets de recherche pluridisciplinaires français (CaVeHIS) et européens (IST).

Plus que jamais, il s’émerveille de l’ingéniosité naturelle des plantes ou des animaux et continue d’imaginer des systèmes « bio-inspirés »
Haut de page

CNRS Rhône Auvergne
2 av. Albert Einstein
BP 61335
69609 Villeurbanne cedex
Tél : 04 72 44 56 00
Fax : 04 72 44 56 73

En savoir plus

Rechercher sur tous les sites du CNRS

Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site Intranet CNRS